Philo

2661 mots 11 pages
Philosophie

En 1762, paraît ,Du contrat social ,un essai de philosophie politique, dans lequel, Rousseau, expose que le seul pouvoir politique légitime repose sur la volonté du peuple. Tout d’abord il s’agit de définir les différents pouvoirs que l’homme institue. Dans « Du contrat social » Rousseau s’intéresse aux différences entre l’homme sauvage et l’homme civilisé qui s’est constitué une vie en société dans le but de survivre. L’idée de contrat est empruntée au domaine juridique. Du latin "societas", le mot société désigne initialement un contrat par lequel des individus mettent en commun des biens et des activités et tel que les associés s'engagent à partager toute perte ou tout bénéfice qui découlerait de cette association. Recherchant un fondement du pouvoir moins discutable que le droit divin et moins arbitraire que la force, les penseurs politiques se sont tournés vers le concept juridique d'accord contractuel fondé sur le consentement mutuel. D’après Rousseau, l’homme sauvage est autonome, c’est-à-dire qu’il ne dépend de personne et ne ressent pas de sentiments vu qu’il n’a pas besoin des autres. L’avantage est qu’il ne connaît ni la guerre ni la propriété et se contente de s’occuper de sa propre conservation. Contrairement à l’homme qui ne cesse de vouloir ressembler à ses semblables et d’essayer de trouver un gouvernement qui permet de vivre en société. Le contrat social est une solution proposée au problème de la justification de la société civile, et non la description d’un type de gouvernement particulier. Le chapitre six est ainsi intitulé « le pacte social ». Nous examinerons ce pacte. Nous verrons le raisonnement qu’utilise l’auteur pour exposer le sujet et ses difficultés, puis les principes essentiels de ce contrat. Puis nous verrons les théorie de Hobbs, Voltaire, Rousseau, et Lock sur le contrat social .

Rousseau débute ce chapitre par une hypothèse, en utilisant le pronom personnel « je » : « Je suppose les hommes … »

en relation

  • Philo
    1075 mots | 5 pages
  • Philo
    258 mots | 2 pages
  • Philo
    689 mots | 3 pages
  • Philo
    1630 mots | 7 pages
  • Philo
    286 mots | 2 pages
  • Philo
    914 mots | 4 pages
  • Philo
    935 mots | 4 pages
  • Philo
    495 mots | 2 pages
  • Philo
    3554 mots | 15 pages
  • Philo
    910 mots | 4 pages