philo21245

412 mots 2 pages
philosophie

Thèse/principe: L’Etat n’est légitime de ses interventions/contraintes qu’en cas de nuisance à autrui (principe de non-nuisance) «prevent harm toothes » → tort aux autres

→ Exclut l’intervention coercitive de l’Etat lorsqu’il y a naissance seulement à soi-même.
→ L’Etat n’a pas le droit de nous protéger contre notre gré, ni de faire notre bien à notre place/contre notre volonté.
Conclusion 2): les lois ne s’opposent pas à la liberté humaine
Le droit et l’Etat fixent les conditions qui garantissent l’exercice de la liberté physique/morale pour tous (citoyens)
Aucun homme n’a le droit de forcer un autre homme à faire ce qu’il ne veut pas faire. (seule la loi peut l’y obliger, et l’Etat l’y contraindre).
Aucun homme n’a le droit d’empêcher un autre homme de faire ce qu’il veut faire (seule la loi peut l’introduire, et l’Etat l’en empêcher)
Tout ce que la loi n’interdit pas est permis
Rien n’est forcé/« obligatoire », sauf ce que la loi pose comme obligations

3)Rester libre à l’égard des lois et de l’Etat
→ texte d’Alain: le citoyen doit cultiver 2 vertus: l’obéissance et la résistance

« la liberté ne va pas sans l’ordre, l’ordre ne vaut rien sans la liberté » (lignes 6 et 7)⬇l’ordre est la condition de la liberté ⬇l’ordre ne vaut rien en soi = pas de valeur intinis

Il tire sa valeur de sa fin: liberté = l’ordre n’est qu’un moyen au service de la liberté a)Limites de la légitimité des Lois/l’Etat, et de devoir d’obéissance à leur égard En principe, il faut toujours obéir aux lois de l’Etat, dans la mesure où la loi (droit/état) est une condition de la justice et de la liberté collective.
Le devoir d’obéissance est fondé sur la légitimé des lois elle-même les limites du devoir d’obéissance correspondent aux limites de la légitimité/ justice des lois s’il existe des lois injustes/illégitimes, non conformes au principes de la loi, alors le devoir d’obéissance n’est plus tout à fait fondé.

en relation