Philosophie

358 mots 2 pages
L’interprétation se présente généralement comme un aboutissement de la compréhension d’un phénomène scientifique ou encore une explication d’un texte ou d’un fait. Pourtant la vie courante nous montre que l’interprétation peut ns trahir c'est-à-dire que l’on peut se tromper dans l’hypothèse que l’on avait jugé être la bonne. Ainsi le sujet interpréter est ce trahir ? présuppose que l’homme dans sa nature désireuse de comprendre peut se rompre , mais pourtant on peut se demander en quoi interpréter est ce nécessairement trahir ?Tous d’abord , il s’agira pour nous d’étudier l’interprétation comme moyen d’éclaircissement d’un sens inconnue , puis nous étudierons les risques de l’interprétation et enfin l’ambiguïté que l’homme peut avoir en interprétant.
Tout individus sur terre à le pouvoir d’interpréter, mais pour pouvoir interpréter il faut pouvoir impliquer un sens qui n’est pas évident à comprendre. Selon H-G Gadamer dans la Vérité et méthode, comprendre c’est toujours interpréter c'est-à-dire que ce n’est qu’une concrétisation du sens lui-même. En effet, L’interprétation peut avoir différent sens dont la connaissance acquis par la compréhension. Depuis plusieurs années la connaissance intellectuelle est transmise de génération en génération, cependant on peut se demander en quoi est-elle due ? En outre pour pouvoir tirer une conclusion d’une expérience il faut faire une interprétation, cette interprétation peut se faire en émettant des hypothèses qui seront vérifiés par la suite. Par cela, on peut dire que le travail de l’interprétation à permis à l’être humain de nos jours à avoir des acquis intellectuelle, d’où des connaissances.

en relation

  • philosophie
    13095 mots | 53 pages
  • La philosophie
    12822 mots | 52 pages
  • La philosophie
    168071 mots | 673 pages
  • La Philosophie
    1085 mots | 5 pages
  • Philosophie
    677 mots | 3 pages
  • Philosophie
    369 mots | 2 pages
  • la philosophie
    568 mots | 3 pages
  • Philosophie
    569 mots | 3 pages
  • Philosophie
    8405 mots | 34 pages
  • Philosophie
    959 mots | 4 pages