Philosophie

2105 mots 9 pages
La notion d’inconscient introduit-elle la fatalité dans la vie de l’homme ?
Nos motivations profondes nous échappent. L’inconscient joue un grand rôle dans nos actes, mais nous préférons l’ignorer pour avoir l’illusion d’être maîtres de notre comportement. Or, à supposer que l’inconscient existe vraiment, l’homme peut toujours dominer ses pulsions par la raison et la volonté. Un être qui se laisse gouverner par des forces inconscientes n’est pas libre.
Ici, se pose un problème conceptuel : l’inconscient gouverne t il le psychisme de l’homme ?
Dans un 1er temps, nous montrerons que nous sommes dirigés de façon fataliste par des sentiments inconscients. Puis, dans une 2ème partie nous expliciterons les raisons pour lesquelles la volonté domine l’inconscient tout comme l’esprit domine le corps, ce qui nous montrera que l’inconscient n’est pas une fatalité dans la vie de l’homme.
1. Définition de la conscience et l'inconscient, comparaison et étude de leurs interactions
2. L'action de l'inconscient introduit-elle une quelconque fatalité dans la vie humaine? Comment?
3. Pouvons-nous nous en prémunir ou nous en débarrasser?
Depuis le travail accompli surtout par Sigmund Freud, l’homme fait de plus en plus appel à la notion d’inconscient pour expliquer des pathologies auxquelles on ne trouve pas de causes que l’on pourrait qualifier de « classiques », au niveau du corps ou de l’esprit conscient. Mais l’utilisation de la notion d’inconscient implique de lui reconnaitre une certaine potentialité d’action ayant des effets que nous ne comprenons et ne maitrisons pas vraiment. Dès lors, il devient intéressant de se poser la question de savoir si l’inconscient peut introduire une certaine fatalité dans l’existence humaine ? Si celui-ci existe bel et bien, comme la décrit Freud, comme étant une « constellation psychique » à part entière et fonctionnant indépendamment de la conscience, alors comment fonctionne-t-il et sous quelles formes se manifeste-il ? Accepter la

en relation

  • philosophie
    13095 mots | 53 pages
  • La philosophie
    12822 mots | 52 pages
  • La philosophie
    168071 mots | 673 pages
  • La Philosophie
    1085 mots | 5 pages
  • Philosophie
    677 mots | 3 pages
  • Philosophie
    369 mots | 2 pages
  • la philosophie
    568 mots | 3 pages
  • Philosophie
    569 mots | 3 pages
  • Philosophie
    8405 mots | 34 pages
  • Philosophie
    959 mots | 4 pages