Pierre jean

Pages: 8 (1898 mots) Publié le: 5 juin 2013
Lettre LXXXI p 223/224 « Qd m’avez-vs vue m’écarter des règles que je me suis prescrite… 1ers éléments de la science que je voulais acquérir »
Un récit autobiographique d’apprentissage. Le pers de la Merteuil « un démon femelle » selon Baudelaire Projet sur Les liaisons 1856. « Ici, comme ds la vie, la palme de la perversité reste à la femme » La profession de foi libertine d’une femme. Laplace des femmes ds la soc.



Intro En 1782, Pierre Choderlos de Laclos, officier d’artillerie parfaitement inconnu que les hasards de la vie ont conduit de Besançon à Paris, publie un ouvrage dont la parution fait l’effet d’une bombe : Les Liaisons dangereuses. En écrivant ce roman épistolaire, Laclos a-t-il voulu comme il le prétend « rendre un service aux mœurs » en inspirant de larépulsion pour le mal ? A-t-il cherché à discréditer une aristocratie corrompue dont les héros incarnent tous les vices ? Ou est-il animé d’une secrète fascination pour ses personnages ?
Ce roman épistolaire met en scène deux personnages qui font profession de libertinage. Valmont et la marquise de Merteuil sont deux séducteurs hypocrites et manipulateurs. Tout au long de l’œuvre, ils se confient leursstratégies amoureuses et se flattent de corrompre la vertu de leurs victimes.
L’extrait proposé est un passage de la lettre LXXXI située au cœur du roman, à la fin de la 2ème partie. Ds cette lettre autobiographique, la marquise, irritée et humiliée par les mises en garde de V contre les menées de Prévan qui a juré de la compromettre , se dévoile, fait le récit de sa vie à Valmont, retracel’apprentissage méthodique de l’hypocrisie auquel elle s’est astreinte depuis son plus jeune âge, ds une véritable ascèse, agissant en libertine sous le masque de prude, et décrit la manière dont elle a su se construire, expose ses principes ds un véritable discours de la méthode . M se pose en théoricienne du libertinage.
Pb : En quoi Merteuil incarne –t-elle le libertinage au féminin ?
Comment surle mode de la confidence, cette lettre dénonce-t-elle le sort réservé aux femmes ds la société du XVIII ème siècle ?
I / Habitée d’une volonté tyrannique, cruelle et despotique, dénuée de tt scrupule, froide et cynique, farouchement attachée à sa liberté, elle est l’incarnation du libertinage au féminin qu’elle érige en art de vivre.
II / Mais ce pers pose aussi le pb de la condition féminineds une soc sans pitié pour les femmes. M acquiert une densité qui l’empêche d’être la simple reprise au féminin d’un type de libertin masc traditionnel ; ds une soc injuste avec les femmes et phallocrate, elle refuse d’être une victime passive et résignée et entend bien avec le goût du défi qui la caractérise, renverser l’ordre soc en sa faveur.





I/ »Je suis mon ouvrage » : le récitd’un apprentissage
a/ Jouissance et ascèse. Premier paradoxe, si le libertinage est jouissance, il est avt tt ascèse et « travail » sur soi et sur les autres que s’impose la libertine pour parvenir à une parfaite maîtrise d’ elle-même et prendre le pvr sur les autres , les aristocrates dérogeant ici aux principes de leur caste. Le mot revient ss la plume des roués : V doit travailler à safantaisie Cécile pour faire son éducation à la perversité 100, se travailler pour ne pas se laisser gagner par l’émotion sentimentale en présence de Tourvel 125,
Ici ,M affirme et affiche son orgueil : récurrence du « je », du pr pers réfléchi « je me suis travaillée », « ce travail sur moi-même »
Ce travail sur soi s’exprime par le voc de l’attention, de l’observation de ts les instants :« observer », « utile curiosité, recueillir avec soin » « je m’étudiai » le libertin est fin un observateur détaché de lui-même, rien n’échappe à son analyse.
Voc de l’effort et de la volonté « j’essayai, je ta^chai, à mon gré, douleurs volontaires, je réglai, réprimer… »
qui débouche sur des progrès ds l’apprentissage « profiter, j’obtins, j’y gagnai, je possédais déjà… » ces progrès se traduisent...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Pierre et Jean
  • Pierre et jean
  • Pierre et jean
  • Pierre Jean
  • pierre et jean
  • Pierre et jean
  • Pierre et jean
  • Pierre et jean

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !