Plaidoirie "la mort n'oublie personne"

1769 mots 8 pages
Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les jurés, j'ai le privilège de me présenter à vous afin de défendre mon client, Jean Ricouart, dans l'affaire de l'assassinat avec préméditation du nommé Maurice Quinoux. Tout d'abord, je me permets de récapituler les faits qui unissent ces deux personnes. Il y a 38 ans de cela, Jean Ricouart est jugé et condamné par le Président Laulnay à 7 ans de prison pour complicité de meurtre. M. Quinoux, le procureur de la République est en partie responsable de cet emprisonnement, sachant qu'il était l'avocat de la victime.

En premier lieu, le crime de Jean Ricouart a été motivé par une aspiration à la vengeance. Il est clair que le chagrin a dicté ses actes inconsidérés. Son fils, ayant déjà connu une enfance difficile, s'est suicidé à 15 ans pour la seule et unique raison que l'on avait traité le pauvre Lucien de « fils d'assassin ». Cette référence témoigne de la répercution du procès de Ricouart, autant sur la population que sur la dignité de l'enfant. Ainsi, on peut aisément concevoir que Lucien, après tant de critiques et de rejets, se sente désespéré, oui, tellement désespéré au point de se servir de sa mort comme un témoignage horrible de la réalité des faits ! Car ses derniers mots, écrits dans de la boue, furent « Mon père n'est pas un assassin. » et tel un dernier cri de rancoeur, ils martelèrent à jamais la vie de la famille Ricouart. Pourquoi accabler de malheurs jusqu'au bout cette famille, alors qu'elle a déjà souffert à cause de M. Quinoux ? Ne pouvez-vous donc pas trouver au fond de vous-même, chers jurés, un simulacre de compassion face à cette tragédie ? Il est incontestable que n'importe quel père digne de ce nom chercherait à châtier l'assassin indirect de son fils, mort si jeune. Lucien avait la vie devant lui, et il a été foudroyé par un jugement injuste dont il n'était même pas responsable. Bien qu'il aurait pu éviter cette alternative, Jean Ricouart, dans un sursaut d'équité devait, que dis-je,

en relation

  • Plaidoirie la mort n'oublie personne
    964 mots | 4 pages
  • Cicéron
    1950 mots | 8 pages
  • Censure et liberté d'expression sous le second empire
    3923 mots | 16 pages
  • le cid
    3641 mots | 15 pages
  • Klaus Barbie
    20098 mots | 81 pages
  • UNE ETUDE THEMATIQUE DE LE DERNIER JOUR D’UN CONDAMNE DE VICTOR HUGO
    6090 mots | 25 pages
  • le cid
    5252 mots | 22 pages
  • Peine de mort
    5450 mots | 22 pages
  • Le Cid
    5375 mots | 22 pages
  • metamorphoses poesie
    19731 mots | 79 pages