Plan sosra euthanasie

546 mots 3 pages
PLAN SOSRA
L’EUTANASIE EN FRANCE
Situation de départ :
1er marqueur : Aspect juridique
La mort donnée à un patient , quels que soient son état et sa volonté, est considérée comme un homicide : un acte de tuer volontairement selon le code pénal.
2éme marqueur : Aspect humain
Atteintes d'une pathologie lourde, incurable, souvent évolutive et à l'issue fatale, les personnes proie à d'intenses souffrances physiques et morales, voient la mort comme une délivrance. Impuissant, leur entourage envisage l'éventuel geste ultime comme un acte d'amour et de compassion.
3éme marqueur : Aspect religieux
On trouve quelque part dans la Bible : "C'est moi qui est Dieu, qui donne la vie et qui la reprends."

Observation :
1er axe : Proposition n°21 du programme de François Hollande: «Je proposerai que toute personne majeure en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d'une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité»
2ème axe :
Aspect juridique : Ces pratiques médicales largement connues ont le plus souvent un caractère très discret, voire secret, et bien qu'illégales en France, elles sont rarement sanctionnées. Cette réalité comporte le plus haut risque des abus, il faut donc combler l'écart entre la loi et la pratique.

Aspect humain :
Le sujet provoque toujours des rejets brutaux et émotifs, parce que l'on craint qu'une brèche soit ouverte pour pouvoir se débarrasser des vieux et des handicapés. Mais le danger n'est réel que tant que la pratique reste dans l'ombre, et c'est justement pour cette raison qu'une loi est nécessaire.
Aspect religieux :
Si c’est une manière d'abréger les souffrances l'Eglise catholique n'est pas contre. Elle s'est clairement manifestée pour un refus de l'acharnement thérapeutique mais dans des cas exceptionnels. Tout le problème est de savoir

en relation