Platon

13507 mots 55 pages
PLATON
On a pu écrire que toute l’histoire de la philosophie se résumait à une série de notes en bas de page apposées à l’œuvre de Platon. Si pour certains il a déjà tout dit l’être travaillé par le négatif et par la différence, la pensée transcendantale et les concepts a priori, la sublimation de l’énergie érotique, la grammaire des propositions, d’autres réduisent sa pensée à quelques thèses aisément critiquables : le réalisme des Idées, le dualisme de l’âme et du corps, la contemplation d’un principe ineffable. Cela tient sans doute à la nature énigmatique d’un philosophe qui ne parle jamais en son nom et d’une philosophie qui ne s’exploite jamais, repart toujours à nouveaux frais, place la dialectique au sommet des sciences mais fait constamment appel à des images, des mythes et des métaphores. Et, dans le champ de bataille où s’affrontent des philosophes que Kant n’a pas réussi à pacifier, il apparaît que combattre Platon, c’est presque toujours le jouer contre lui-même. Tous n’avouent pas comme Nietzsche que son sang coule encore dans leurs veines, mais le même Heidegger qui invite Sartre à philosopher avec lui « loin par-delà tout platonisme » fait figurer une phrase du Sophiste en exergue à Être et Temps , et c’est sur ce dialogue que conclut L’Être et le Néant . Platon risque ainsi de succomber sous la diversité des platonismes qu’il n’a pas faits mais qu’ont forgés ses défenseurs et ses interprètes tout autant que ses adversaires. Le plus frappant est qu’il a toujours été un enjeu, à l’intérieur de la philosophie mais aussi hors d’elle, lors de querelles qui, de l’Antiquité chrétienne au Moyen Âge, opposèrent les théologiens partisans d’Aristote à ceux qui s’inspiraient du néoplatonisme, puis (aux XVIIe et XVIIIe siècles) les trinitaires aux antitrinitaires, ou encore lors de celle, littéraire, qui divisa les Anciens et les Modernes. L’enjeu, c’est la philosophie elle-même, la conception qu’on s’en fait, l’amour ou la haine qu’elle suscite, et c’est à

en relation

  • Platon
    17325 mots | 70 pages
  • Platon
    17533 mots | 71 pages
  • Platon
    20116 mots | 81 pages
  • Platon
    3150 mots | 13 pages
  • Platon
    951 mots | 4 pages
  • Platon
    1334 mots | 6 pages
  • Platon
    906 mots | 4 pages
  • Platon
    755 mots | 4 pages
  • Platon
    956 mots | 4 pages
  • platon
    369 mots | 2 pages