Platon

2274 mots 10 pages
Platon (427-347)
Platon était le disciple de Socrate. Il fut très marqué par la condamnation à mort de son maître par la démocratie athénienne (on verra qu’il n’est pas démocrate).
Pour Platon, l’essentiel est la réalisation du Bien : il veut faire advenir la cité idéale, où règnerait la Justice. On peut dire que son ontologie (théorie de l’être, de ce qui est) découle de son éthique (conception de ce qui doit être, du Bien).
Commençons par expliquer cette ontologie.
L’idéalisme platonicien
Platon est idéaliste. C’est-à-dire qu’il pense que les Idées sont « plus réelles » que la matière.
Par exemple, le chat que vous voyez assis sur le bord de la fenêtre, et qui se lèche les moustaches, va bientôt mourir. Son existence est donc transitoire. « Tout coule », comme disait Héraclite. En revanche, l’idée de chat, elle, est éternelle. On observe la même différence entre le triangle tracé à la craie au tableau et l’idée de triangle. Les êtres matériels sont périssables, alors que les idées sont éternelles.
Mais les Idées, pour Platon, désignent aussi, et même surtout, les Idéaux : le Vrai, le Bien, le Beau. Dans la République, dans l’allégorie de la caverne, Platon écrit même que l’idée de Bien est la cause de toutes choses, un peu comme le soleil qui permet à tous les êtres terrestres de vivre.
L'allégorie de la caverne
SOCRATE : Maintenant, représente-toi de la façon que voici l’état de notre nature relativement à l’instruction et à l’ignorance. Figure-toi des hommes dans une habitation souterraine, en forme de caverne, ayant sur toute sa largeur une entrée ouverte à la lumière ; ces hommes sont là depuis leur enfance, les jambes et le cou enchaînés, de sorte qu’ils ne peuvent bouger ni voir ailleurs que devant eux, la chaîne les empêchant de tourner la tête ; la lumière leur vient d’un feu allumé sur une hauteur, au loin derrière eux ; entre le feu et les prisonniers passe une route élevée ; imagine que le long de cette route est construit un petit mur,

en relation

  • Platon
    17325 mots | 70 pages
  • Platon
    17533 mots | 71 pages
  • Platon
    20116 mots | 81 pages
  • Platon
    3150 mots | 13 pages
  • Platon
    951 mots | 4 pages
  • Platon
    1334 mots | 6 pages
  • Platon
    906 mots | 4 pages
  • Platon
    755 mots | 4 pages
  • Platon
    956 mots | 4 pages
  • platon
    369 mots | 2 pages