Plus grand monde en europe n'est prêt à mourrir pour la revolution, pour la patrie ou pour dieu

Pages: 6 (1483 mots) Publié le: 24 février 2011
Français : Dissertation n°1 : Texte de Luc Ferry

La grande majorité de la population Européenne oublie certaines notions.
En effet, les propos utilisés attirent l'attention! La majorité des Européens n'est plus perçue comme patriote, mais aussi une population qui oublie le sens du rassemblement pour protester et l'importance de Dieu. C'est ce que Luc Ferry constate,il cite : « Plus grandnombre en Europe n'est prêt à mourir pour la révolution,pour la patrie ou pour Dieu. »
On peut alors se demander si Mr Ferry n'utilise pas la facilité en dénonçant ces aspects au lieu de tenir compte de l'individualisme ,de la paix qui règne et de la place de l'argent dans cette société.

Que plus grand monde en Europe n'est prêt à mourir pour la révolution,pour la patrie ou pour dieu est facileà démontrer; oui mais, il existe tout de même des populations qui sont prêtes à défendre ces causes.

Nous pouvons remarquer que la plupart des européens ne sont prêts à donner leur vie pour la révolution. Ceux-ci sont devenus individualistes et font passer leur bien être personnel au dépend de la majorité.
En effet, lorsqu'il y a une grève, la mobilisation de personnes est devenue trèsdifficile, il n'y a pas autant de gens qui se manifestent que lors des révolutions telle que la révolution Française (1789-1799) ou la révolution d'Angleterre (1642-1649 puis 1688-1689).
Par ailleurs,cela s'explique aussi par « l'individualisme » de notre société, qui connaît une crise d’identité où l’individualisme règne en maître, et au sein de laquelle l’homme ne peut s’empêcher de ressentir unvide et une solitude au goût amer, un vide qu’il tente de combler solitairement à travers une société de surconsommation. Cette surconsommation est le fruit d'une mondialisation, l’homme se replie sur lui-même, il se protège d’un univers extérieur qu’il ne cerne plus, et qui le plonge dans un brouillard épais de doutes et de peurs.
C'est pourquoi,l'individualisation et la mondialisation sontdevenues des facteurs d'une Europe qui ne se sent plus prête à se révolter.

En revanche,des populations d'Amérique du sud , sont plus aptes à mourir pour une révolution.
Prenons le Vénézuela,ce pays est protégé médiatiquement,mais on a constaté que la population est mouvement de révolte,et celle-ci pourrait bien aboutir,car la première force, c’est l’énorme capacité de mobilisation de la populationvénézuélienne et la capacité dont elle a fait preuve de relever les défis qu’on lui impose. Cette capacité a pris des formes diverses au cours des années passées, à commencer par le Caracazo en 1989, lorsque des dizaines de milliers de pauvres venant des bidonvilles de Caracas ont pris les rues au cours d’une insurrection spontanée contre un paquet de mesures d’ajustement du FMI. Un nombre toujoursinconnu, probablement plusieurs milliers, a été assassiné lors de la répression qui a suivi.

La connexion est peut être plus symbolique que réelle, mais les événements de 1989 ont démontrés la capacité de la population du Vénézuela, qu'ils soient riches ou pauvres même si il y a surtout eu des urbains pauvres, à agir pour son propre compte, contre des forces supérieures,au dépend de leur vieet cela sans qu’apparaissent clairement des structures organisées ou des dirigeants.
Ainsi, on peut voir que certaines populations sont prêtes à mourir pour une révolution,et ce, quelle que soit leur classe sociale.

Par ailleurs,une majorité des Européens n'est pas prête à mourir pour la patrie. Longtemps on a considéré comme un traître ou un lâche celui qui refusait de mourir pour sa patrie.Aujourd’hui, le débat semble plus complexe, dans la mesure où l’on admet que l’ Etat peut mener des guerres injustes auxquelles l’on peut refuser d’adhérer. Pourtant, si personne ne veut plus se sacrifier pour son pays, comment ce dernier pourra-t-il résister dans un cas de guerre, il faut alors se demander si ce sacrifice est alors un devoir ou un choix. De plus, l' Europe connait 65 ans de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La belgique en europe et dans le monde à la veille de la grande guerre
  • Le plus grand cirque du monde
  • le plus grand chien du monde
  • L europe a la decouverte du monde
  • Woinic le plus grand sanglier du monde
  • La démocratie en europe à la veille de la grande guerre
  • La grande guerre en europe occidentale de 1914 à 1919
  • Vivre et mourrir en Europe

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !