Poésie de Pontus de Tyard

984 mots 4 pages
Ce travail comporte l’étude du sonnet de Pontus de Tyard tiré du recueil les erreurs amoureuses écrit en 1549. L’étude porte sur la composition des vers et des rimes ainsi que sur le sens même du poème en prouvant celui-ci par des procédés rhétoriques ou stylistiques. Le fils rouge de l’étude est un axe de lecture intitulé « la souffrance continue du poète ».
Le sonnet de Pontus de Tyard est un sonnet italien car la position des rimes est ABBA ABBA CCD EED contrairement au sonnet français où les rimes sont ABBA ABBA CCD EDE. Un sonnet a quatorze vers réparti en deux quatrains et deux tercets. Celui-ci est un décasyllabes comme la plupart au XVIe siècle. L’axe de lecture « la souffrance continue du poète » est tout d’abord montré par la régularité du poème avec les césures en 4//6, l’opposition des rimes comme « confort » et « mort », « languissant » et « ravissants », etc…, ainsi que l’intemporalité au vers 3 avec « souvent », au vers 5 avec « longtemps » et au vers 13 avec « coutumiers ». Ceci montre que la souffrance est continue et ne diminue pas avec le temps car elle dure l’entièreté du poème. L’utilisation des temps verbaux met également en évidence la continuité. L’imparfait utilisé au vers 8 « me refusait » est un imparfait de durée. Dans les autres vers, le présent est principalement utilisé comme présent de vérité.
Le champ lexical de la souffrance est présent dans tout le poème sans diminution ou augmentation excepté dans le premier tercet où nous avons l’absence de mots liés à la souffrance car à ce moment-là, il parle de la femme idéale. (« soupirs » (v.2), « languissants » (v.2), « souffrir » (v.4), « plaint » (v.5), « ennuis » (v.13)). Le fait de mourir est mis en évidence par une hyperbole au vers 4 « en mourant double mort » ce qui nous montre que le poète souffre doublement. Le mot « ténèbres » signifiant quelque chose de sombre, montre dans quel état d’esprit se trouve le poète. Ce mot est mis en évidence par une oxymore, éclairer et

en relation

  • Sonnets
    522 mots | 3 pages
  • Maurice de scève
    523 mots | 3 pages
  • Pléiade
    593 mots | 3 pages
  • Biographie de ronsard et de la pléiade
    369 mots | 2 pages
  • Pleiade
    579 mots | 3 pages
  • Anthologie poétique
    2489 mots | 10 pages
  • Mondialisation
    594 mots | 3 pages
  • Le mouvement de la pléiade
    299 mots | 2 pages
  • Pléiade
    2955 mots | 12 pages
  • La pléiade
    3237 mots | 13 pages