Poétique du corps et du nu

2447 mots 10 pages
L.A. Zombie est un film réalisé par Bruce LaBruce en 2010 aux Etats-Unis. Produit par deux studios pornographiques (Dark Alley et Wurstfilm), il sort initialement sur les écrans dans une version d'un peu plus d'une heure, puis se voit par la suite agrémenté de rajouts purement pornographiques dans une version « hardcore ». Durant dorénavant presque 1h45, cela fait suite à un accord passé avec les studios, puisque les partie rajoutées n'apparaissent pas dans une parfaite continuité et sont très repérables. Une version non pornographique d'abord pour permettre une exploitation en salles et une version pornographique pour l'exploitation DVD de ces studios.
Le film s'érige sur les cendres encore chaudes du précédent film du réalisateur, Otto; or up with the dead people, qui mettait déjà un zombie en scène. Au sein du film, on lui posait certaines questions :
« What do you do for a living?
A living?
An unliving?
I'm unemployed.
Where do you live? … Unlive?
I'm a homeless.
Where do you sleep?
I never sleep. Zombies never sleep. »1
C'est à son compte que Bruce LaBruce reprend les réponses pour en faire une variation avec L.A. Zombie.
Le film retrace donc, en filigrane, dans un Los Angeles des années 1980, l'errance d'un zombie mise en parallèle avec celle d'un SDF, tous deux interprétés par l'acteur pornographique François Sagat. Au fur et à mesure que le film avance, le zombie est amené à croiser des cadavres sur son chemin. S'accouplant avec eux, il leur redonne la vie.
Si le film est bien sûr très emprunt de l'imagerie pornographique (on parle même de porno-gore), comme d'autres films « pornographiques d'auteur », le caractère fonctionnel est bien souvent compromis, et la vocation masturbatoire mise en doute. Bruce LaBruce jouissant d'une liberté totale reconfigure absolument tous les aspects du film. Ne s'accrochant pas à un quelconque réalisme, cela va du redimensionnement du temps et de l'espace, jusqu'à redessiner les corps dans le but d'en faire

en relation

  • Le corps nu
    3469 mots | 14 pages
  • Les bijoux baudelaire
    795 mots | 4 pages
  • "Le principe de nudité" dans l'écriture contemporaine
    5674 mots | 23 pages
  • Les fleurs du mal
    1145 mots | 5 pages
  • Humanisme et pléiade (en mieux)
    2030 mots | 9 pages
  • John coplan
    779 mots | 4 pages
  • Fable ou histoire
    2647 mots | 11 pages
  • Max ernst et le surréalisme
    1014 mots | 5 pages
  • Baudelaire
    1712 mots | 7 pages
  • john coplans
    658 mots | 3 pages