Politique sociale

Pages: 54 (13291 mots) Publié le: 24 janvier 2011
INTRODUCTION GENERAL :

Le risque de crédit reste, pour la banque le principal risque et le plus délicat à maîtriser .Depuis les années 80, le nombre, la fréquence et la taille des crises financières n’ont cessé d’augmenter .Un grand nombre de pays développés, en développement et en transition ont connu de graves crises bancaires entraînant une fragilité du système bancaire liéeessentiellement à la faiblesse relative des fonds propres des banques face à des risques de plus en plus élevés. Cette évolution a conduit le comité de réglementation bancaire (comité de Bâle) à proposer un accord sur le niveau minimum des fonds propres «  l’accord de Bâle de 1988 ».

Dans les années 90 le risque continuait à augmenter et on pouvait observer nombreuses faillites debanques, ce qui a poussé le comité de Bâle à travailler sur un nouvel accord sur les fonds propres « Bâle II » avec une nouvelle perception du risque crédit dans l’industrie bancaire. Dans cette approche, Bâle II a mis en route un chantier considérable qui devra conduire à une pénétration accélérée des techniques les plus performantes dans l’évaluation et la prévention du risque de crédit. Cettequête vers une sophistication toujours plus grande est un facteur de modernisation certain dans la gestion du risque bancaire, mais elle n’est pas sans danger .Dans ce sens, il est essentiel de comprendre les principales composantes des bouleversements en cours, d’en mesurer les intérêts et les limites.

Parallèlement, de1976 à 1990, la politique de crédit, au Maroc, était caractériséepar une intervention importante des autorités monétaires. Elle s’appuyait sur un système visant à influencer la composition du volume des crédits accordés par les banques afin de les orienter vers certains secteurs prioritaires et permettre, ainsi, une politique de sélectivité dans la distribution des crédits. Plusieurs mesures sont permises aux autorités d’assurer ce type de contrôle. Il s’agit,notamment, de l’encadrement de crédit et des emplois obligatoires. C’est dans cette approche que les pouvoirs publics se préoccupaient peu de la supervision prudentielle des établissements de crédit dans la mesure où mêmes les risques bancaires étaient maîtrisés.

Le début de la décennies 90 a été caractérise par un approfondissement des reformes entamées dans les années 80 et quis’est essentiellement concrétise par la levée de l’encadrement du crédit, la suppression progressive des emplois obligatoires, ainsi que la refonte, à travers la loi bancaire 93, 2005 du cadre législatif régissant l’activité du système bancaire. Par conséquent, cette modification des conditions d’exercice de l’activité bancaire a eu pour effet l’augmentation des créances en souffrance. Ceci est du,essentiellement, à la libéralisation des crédits suite à la levée de certaines restrictions réglementaires.

Ainsi les réflexions en matière de risque de crédit engagées au Maroc se sont accélérées après la libéralisation financière, époque démarquée par l’augmentation du contentieux sans commune mesure avec le passe. Dans un souci de préserver la stabilité financière du systèmebancaire marocain et d’assainir les portefeuilles d’engagements des établissements de crédit, les autorités marocaines se préparent, à l’instar des autres pays, à la transition vers le nouvel accord de Bâle. Dans le cadre de ce travail, en analysant :

▪ Les risques bancaires et essentiellement le risque de non
des fonds prêtés c- à- d le risque ducrédit.

▪ Les mesures d’analyse et d’évaluation de ce risque.

I) Les risques bancaires :

Le risque est lié aux opérations de crédit. Autrement dit, il n’y a pas de crédit sans risque quelles que soient les garanties dont il assorti .La plupart des décisions prises par les banques ont lieu dans un contexte d’incertitude face à l’avenir. Pour un projet, il...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • politiques sociales
  • Politiques sociales
  • Politiques sociales
  • Politique social
  • politique sociale
  • Politique social
  • Politiques sociales
  • Des politiques sociales aux politiques de l’individu

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !