Pour antoine adam, le théâtre de racine représente « un monde cruel, peuplé d’êtres passionnés et faibles, entraînés par les fatalités de leur sang », histoire de la littérature française au xviième siècle.

Pages: 5 (1151 mots) Publié le: 6 janvier 2011
Dissertation de Français n° 1 :

Sujet 2 : Pour Antoine Adam, le théâtre de Racine représente « un monde cruel, peuplé d’êtres passionnés et faibles, entraînés par les fatalités de leur sang », histoire de la littérature française au XVIIème siècle.

Cette affirmation correspond-elle à votre lecture d’Andromaque ?

Jean Racine (1639-1699), est un grand dramaturge classique français.Né à la Farté Milon, Il a écrit plusieurs ouvrages magnifiquement rédigés. L’ une des plus belles œuvres de cet écrivain est certainement Andromaque, une pièce de théâtre réalisée en cinq actes, jouée pour la première fois devant la Reine à l’Hôtel de Bourgogne . Cette tragédie narre l’histoire d’une chaine amoureuse sans réciprocité. Andromaque, personnage central est confrontée à un dilemme :périr ou régner… Antoine Adam, lui suppose que les personnages Raciniens et donc indirectement les personnages d’Andromaque sont « des être passionnés » ; « faibles » et enfin «  entrainés par la fatalité de leur sang ».

Pour Antoine Adam, les personnages du monde de Racine sont des « êtres passionnés ». Il est vrai que la plupart des personnages sont habités par une passion amoureuse.Celle-ci peut être traduit par de la jalousie, de la haine ou de la vengeance pouvant ainsi entraîner le « passionné » vers la brutalité et la déraison.

Ainsi, pour Pyrrhus, son amour pour Andromaque (alors qu’elle est prisonnière), masque ses devoirs politiques et il serait ainsi capable de trahir son propre peuple en se mariant avec la reine ennemie (Andromaque). Aussi, comme le montrent les vers258 à 272, plus précisément lorsque Pyrrhus dit « Ah Madame, les Grecs si j’en crois leurs alarmes, Vous donneront bientôt d’autres sujets de larmes », on peut constater qu’il ne supporte pas qu’Andromaque lui résiste. Il est alors plongé dans une mer de brutalité liée à son caractère possessif et passionné ; il enverra alors Andromaque dans un dilemme fatal où « il faut périr ou régner » (vers968) en oubliant ainsi toutes ses origines et en reniant son père aveuglé par l’amour que lui cause Andromaque.

Oreste, lui, est commandé par sa passion pour Hermione. En effet son amour pour celle-ci sera fatal à Pyrrhus car il ira jusqu'à le tuer. Le désireux d’Hermione éprouve alors ici une passion plus que vitale ; dans le vers 28, c’est une question de vie ou de mort.

Tandisqu’Oreste aime Hermione, celle-ci éprouve une passion amoureuse non réciproque pour Pyrrhus. Elle est alors aveuglée par ses sentiments et elle n’écoute ni sa confidente ni aucun personnage externe et agit alors seule. Cette femme éprouve de la haine pour Andromaque et ne rêve alors que de vengeance …

Tous ces personnages sont dans un engrenage de la passion, c’est la catharsis et elle fonctionne surle lecteur. On approuve cette passion qui mène à la mort, la mort représentant une sorte de libération , un but pour les trois personnages.

Le cas d’Andromaque, lui, est différent car femme de rêve pour certains et ennemie pour d’autres, Andromaque aime toujours Hector, son mari tué lors de la guerre de Troie. Elle gardera tout de même une incarnation de ce dernier, Astyanax, son seul fils,rescapé de la guerre de Troie. Pourtant, Andromaque n’est pas victime de sa passion, elle n’est aveuglée ni par l’amour pour son fils ni par celui pour Hector ; elle échappe ainsi à la définition d’Antoine Adam. En effet, elle est prête à se sacrifier pour son fils et épouser Pyrrhus et aussi à se sacrifier pour l’amour de son mari en se suicidant mais cela en ne réalisant aucun complot enversPyrrhus.

Antoine Adam voit aussi les personnages Raciniens tels que des êtres faibles. Ici, il parle de la faiblesse du mental ainsi que du moral. Une personne faible moralement est une personne sans volonté (ou très peu) et ici on peut aussi qualifier les personnes impuissantes face à leur passion amoureuse de faibles.

Certes, Pyrrhus est faible car il néglige ses pouvoirs politiques et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Litterature francaise du xviieme
  • Le théatre au XVIIeme siecle
  • Le théâtre au xviième siècle, introduction
  • Le théatre au XVIIème siècle
  • Tpe théâtre du xviième siècle
  • Théâtre du xviième siècle
  • Le théâtre au xviième siècle
  • Molière et le théâtre au xviième siècle

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !