Pour des impératifs de sécurisation de l'epargne publique , n'est-il pas nécessaire que les autorités publiques prévoient dans les conditions d'agrément , qu'une fois une certaine dimension atteinte, l'oess en question ait

1717 mots 7 pages
La MicroFinance désigne l’activité de collecte d’épargne et de financement des petits producteurs ruraux et urbains. Cette activité est menée par certaines banques commerciales et certaines organisations de l’économie sociale et solidaire (les IMF). Généralement, ces deux types d’institutions n’ont pas la même stratégie de localisation, la même technologie de production et ne proposent pas exactement les mêmes types de produits et services. Elles n’ont pas, également, la même cible de clientèle et ne sont pas toujours soumises à la même réglementation bancaire. Géographiquement, nous remarquons que certaines OESS sont bien implantées sur le territoire national, gérant parfois des sommes très importantes. Cependant, ces OESS sont conçues suivants des principes qui sont mieux adaptés aux besoins d’une communauté restreinte : principes coopératifs, système de taux d’intérêt simple, crédit à court et moyen terme. Ainsi, pour des impératifs de sécurisation de l’épargne publique, pensons nous qu’il n’est pas nécessaire que les autorités publiques prévoient dans les conditions d’agrément, qu’une fois une certaine dimension atteinte, l’OESS en question ait l’obligation de se transformer impérativement en banque commerciale fonctionnant sur des mécanismes mieux adaptés ?
En effet, la grande majorité des pauvres se voit refuser l'accès aux services bancaires institutionnels parce qu'il semble trop risqué ou trop coûteux d'effectuer des opérations avec de très « petits » clients en utilisant les techniques habituelles. Sans revenus et sans propriété, ces populations ne sont pas en mesure d’offrir des

en relation