Pour des impératifs de sécurisation de l'epargne publique , n'est-il pas nécessaire que les autorités publiques prévoient dans les conditions d'agrément , qu'une fois une certaine dimension atteinte, l'oess en question ait

Pages: 7 (1717 mots) Publié le: 5 août 2011
La MicroFinance désigne l’activité de collecte d’épargne et de financement des petits producteurs ruraux et urbains. Cette activité est menée par certaines banques commerciales et certaines organisations de l’économie sociale et solidaire (les IMF). Généralement, ces deux types d’institutions n’ont pas la même stratégie de localisation, la même technologie de production et ne proposent pasexactement les mêmes types de produits et services. Elles n’ont pas, également, la même cible de clientèle et ne sont pas toujours soumises à la même réglementation bancaire. Géographiquement, nous remarquons que certaines OESS sont bien implantées sur le territoire national, gérant parfois des sommes trèsimportantes. Cependant, ces OESS sont conçues suivants des principes qui sont mieux adaptés aux besoins d’une communauté restreinte : principes coopératifs, système de taux d’intérêt simple, crédit à court et moyen terme.Ainsi, pour des impératifs de sécurisation de l’épargne publique, pensons nous qu’il n’est pas nécessaire que les autorités publiques prévoient dans les conditions d’agrément, qu’une fois une certaine dimension atteinte, l’OESS en question ait l’obligation de se transformer impérativement enbanque commerciale fonctionnant sur des mécanismes mieux adaptés ?
En effet, la grande majorité des pauvres se voit refuser l'accès aux services bancaires institutionnels parce qu'il semble trop risqué ou trop coûteux d'effectuer des opérations avec de très « petits » clients en utilisant les techniques habituelles. Sans revenus et sans propriété, ces populations ne sont pas en mesure d’offrir desgaranties bancaires, et sont donc en général « oubliées » des institutions financières et des banques. L’accès aux services financiers et le développement de la microentreprise(OESS) est l’un des grands piliers du développement durable au côté de la Démocratie, de l’Education, des infrastructures et de la santé.
L’OESS à travers le microcrédit permet à des femmes et des hommes démunis dedémarrer une petite activité génératrice de revenus. Ces AGR permettront aux receveurs de subvenir à leurs besoins essentiels : manger, dormir, se soigner, envoyer les enfants à l'école. L’implantation à grande échelle des OESS(IMF) sur le territoire national est salutaire. Elle favorisera une grande accessibilité des différents services financiers (collecte de l’épargne, microcrédit, etc.) auxpopulations rurales et urbaines. Il s'agit d'une finance de proximité .Toute chose qui participera à la création des emplois et à lutte contre la pauvreté.

Aussi, ces grosses sommes gérées par certaines OESS(IMF) ne sont pas thésaurisées dans leur propre coffre-fort. Elles sont déposées dans les banques commerciales comme des DAT (dépôts à terme) pour les faire produire des intérêts, sécuriser l’épargnepublique et financer de nouveaux et des anciens promoteurs d’activité diverse. Toutes les institutions de microfinance, eu égard à la réglementation PARMEC, sont tenues de placer leur excédent de trésorerie en banque. L’institution de microfinance trouve un gage de sécurisation pour son épargne dans les banques.

Après 20 années d’expérimentation et de construction, le secteur de lamicrofinance au Burkina Faso est entré dans une phase d’expansion à partir des années 1990. Les expériences revêtent aujourd’hui quatre (4) principales formes institutionnelles :
- Les Mutuelles ou Coopératives d’Epargne et de Crédit qui occupent plus de 60 % du marché ;
- Les structures de crédit direct ;
- Les projets, les Organismes Non Gouvernementales ou les associations à volet crédit ;
- Les...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Les autorités publiques indépendantes
  • personne publique et autorité administrative
  • le salaire n'est pas qu'une dimension économique
  • Le bonheur n'est-il qu'une question personnelle?
  • La beauté n'est-elle qu'une question d'apparences?
  • Fiche L'intervention des autorités publiques dans la redistribution des richesses
  • L'ecriture d'une oeuvre n'est elle qu'un question d'inspiration?
  • L'art n'est-il qu'un beau mensonge ? questions.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !