preface de poeme naturaliste

2183 mots 9 pages
ANTHOLOGIE

Thème :

LA MORT

JE N’AI PLUS QUE LES OS
Ronsard 1584

Je n’ai plus que les os, un squelette je semble,
Décharné, dénervé, démusclé, dépoulpé,
Que le trait de la mort sans pardon a frappé ;
Je n’ose voir mes bras que de peur je ne tremble.

Apollon et son fils, deux grands maîtres ensembles,
Ne me sauraient guérir, leur métier m’a trompé.
Adieu, plaisant soleil, mon œil est étoupé,
Mon corps s’en va descendre où tout se désassemble.

Quel ami me voyant en ce point dépouillé
Ne remporte au logis un œil triste et mouillé,
Me consolant au lit et me baisant la face,

En essuyant mes yeux par la mort endormis ?
Adieu, chers compagnons, adieu, mes chers amis,
Je m’en vais le premier vous préparer la place.

Au début du poème Ronsard décrit son physique quand il décède (dans la poésie).
Vers.1 et 2 ‘’ je n’ai plus que les os, un squelette je semble, décharné, dénervé, démusclé, dépoulpé ‘’
Ronsard dans son poème montre le champ lexical de la tristesse ‘’ œil triste (vers.10), me consolant (vers.11)…’’
Au dernier tercet, Ronsard montre qu’il décède en disant adieu à ses amis et a ses compagnons

SONGE, SONGE MORTEL, QUE TU N’ES RIEN QUE CENDRE
Charles vion d’alibray (1600-1653)

Songe, songe Mortel, que tu n'es rien que cendre
Et l'asseuré butin d'un funeste cercueil,
Porte haut tes desseins, porte haut ton orgueil,
Au gouffre du néant il te faudra descendre.

Qu'est enfin un César, et qu'est un Alexandre
Dont les armes ont mis tant de peuples en deuil ?
Ils sont où les grandeurs doivent toutes se rendre
Et toutes se briser comme contre un écueil.

Que ces exemples dont ton esprit humilient,
Et que tes vanités sous de tels Roys se plient,
Ils furent en leur temps plus que tu n'es au tien !

Cependant il n'en reste après tant de merveilles
Qui furent des humains la perte ou le soutien,
Qu'un peu de poudre au vent, et de bruit aux oreilles.

Dans ce poème Charles

en relation

  • Vie d'auteurs
    702 mots | 3 pages
  • Le roman
    1105 mots | 5 pages
  • La poésie
    1869 mots | 8 pages
  • Le xixème
    1019 mots | 5 pages
  • Résumé du XIX siècle
    12340 mots | 50 pages
  • Les fables sont-elles morales ?
    3986 mots | 16 pages
  • À votre avis, la littérature doit-elle nécessairement être engagée ?
    2384 mots | 10 pages
  • l'assommoir
    6682 mots | 27 pages
  • Zola : le naturalisme dans la faute de l'abbé mouret
    2336 mots | 10 pages
  • Commentaire littéraire mélancholia
    17588 mots | 71 pages