Prix de cessio

1763 mots 8 pages
Les prix de cession internes
Les prix de cession internes : fixer les prix de vente au sein de l’organisation sans léser aucune entité
La fixation de prix (de vente, de prestations, etc.) à l'intérieur d'une entreprise doit être organisée afin qu'aucune unité décentralisée ne cherche à privilégier son intérêt au détriment de celui de l'entreprise.
Elle doit permettre une juste mesure des performances des services concernés, une convergence des intérêts entre les divisions et l'entreprise, un respect de l'autonomie déléguée aux centres de responsabilité.

La détermination des prix de cession interne : par les coûts et par les prix
Il existe deux grandes familles de méthodes : par les coûts et par les prix.
• Par les coûts. D'une manière générale, les méthodes fondées sur les coûts sont recommandables lorsqu'il n'existe pas d'autre source d'approvisionnement pour l'acheteur et le vendeur. Selon ses objectifs, l'entreprise a le choix entre :
- le coût réel ; pb car cette méthode ne permet pas de localiser les responsabilités (elle transfère en cascade les bonnes ou mauvaises performances des différents responsables) ;
- le coût standard complet ; il mesure mieux l'efficience, mais si le prix est plus élevé que la concurrence, cela défavorise l'acheteur. De plus, la performance du vendeur dépend de ce que l'acheteur achète car ses charges fixes seront plus ou moins diluées
- le coût variable standard (coût marginal) ; ceci ne résout pas tout à fait le pb des charges fixes, c'est pourquoi on ajoute parfois un forfait qui couvre les charges fixes budgétées
• Par les prix : solution généralement retenue dans le cas de transferts entre centres de profit
- le prix de marché : incite à l'efficience
- le prix du marché à moyen terme : préférable pour la stabilité des prévisions
- le prix du marché moins un commission (cette commission représente ce que le vendeur extérieur prend en général, et qui est comprise dans le prix de marché. Il est normal qu'il n'y

en relation

  • Droit romain
    29147 mots | 117 pages
  • Droit
    5964 mots | 24 pages
  • Droit des obligations (l2, sem1)
    3594 mots | 15 pages
  • Histoire du droit des obligations
    16591 mots | 67 pages
  • Acquisition de la propriété
    3451 mots | 14 pages
  • histoire du droit privé
    11624 mots | 47 pages
  • Terminologie juridique latine
    14148 mots | 57 pages
  • histoire de droit des obligations
    54814 mots | 220 pages
  • Droit privé
    8098 mots | 33 pages
  • Mandataire judiciaire
    24949 mots | 100 pages