Projet « mickey mouse », concept, techniques et mise en œuvre, contextualisation et références.

901 mots 4 pages
Techniques de moulage " Mickey Mouse" singularité et reproductibilité.
Projet « Mickey Mouse », Concept, techniques et mise en œuvre, contextualisation et références. Après avoir fait un tour d’atelier pour découvrir les lieux et les possibilités d’un projet hypothétique j’ai décidé de faire de la gravure. Mais entre décider et passer à l’acte, parfois, la distance est grande. Un retard en cours d’une demi-journée et le fait de passer par la salle de sculpture, m’a donné envie de travailler le volume. Cette technique me permet aussi de continuer mes recherches et mon questionnement à la maison dans le silence de mon atelier. Je pense que ce projet se prêt à des caractéristiques du Pop art, notamment au symbole du Mickey et aux dérives que cette image peut créer au niveau visuel. Je trouve aussi des parallèles aux niveaux chromatique avec le courent pop art (milieu des années 1950 et début des années 1960). J’ai fait le choix de cette représentation par ce que elle comporte des formes et des contre formes simples qui rend possible l’expérimentation des différentes techniques de moulage. En suit, pour ce projet j’ai pensé à la singularité et à la reproductibilité d’une œuvre. Je me pose la question, qu’est que c’est un une œuvre unique et en quoi sa reproductibilité peut transformer la nature et la functionabilité de cette dernière. Je me question aussi par rapport à la problématique de l’intégration de ce projet dans l’espace publique. Je me sent obligé de définir l’espace urbain, et cela peut être vu comme une mutation successive du paysage, de la texture urbaine et de l’organisation spatiale à l’intérieur d’une ville. Nouvelle sémiologie de l’espace et les transformations de ce dernier. Quand nous changeons la signalétique nous changeons d’espace. (A développer) Ici on peut rappeler la différence entre le signe et le symbole. D’abord, le symbole est signe concret : il est une réalité vivante qui s’achemine elle-même à ce qu’elle désigne, à la différence du signe

en relation

  • correction anglais terminale STMG
    155963 mots | 624 pages