qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqq

1604 mots 7 pages
Comparet, et mori 20 décembre 2004 : Une mort bouleversante.

C'était une soirée d'hiver comme les autres, enfin elle débuta comme une soirée habituelle. Je me trouvais dans mon jardin pour contempler la neige qui tombait a flot ce soir là, la neige au canada est assez fréquente mais a l'approche de Noël, tout me paraissait magique. Dans une semaine, Moi et ma femme Anne-Laure allons nous marier, nous étions un couple dans la norme, on se chamailler pour rien, mais j’étais fou d'elle. Elle travaillait dans le Bistrot du coin, mais ce soir là elle était en congé, nous avions alors décider de rester au chaud. Au moment même ou je décida de rentrer parce que je frissonnais, histoire de me réchauffer, j'entendis un bruit étrange, alors je me précipitas dans la chambre en priant pour qu'Anne-Laure n'est rien, hélas, je la trouva par terre, baignant dans le sang, et la, je paniqua.

Un an plus tard : Une visite inattendu.

Elle étais morte, d'une balle dans la tempe, un suicide, ou un assassinat ? Je n'en savais rien, mais j'étais décidé a le découvrir. Aujourd'hui, après 1 ans de souffrance en tant que veuf, c’était le jour de son enterrement, et ses sœurs et moi avions décidé de l'enterrer à Camp-Hill, un cimetière en Nouvelle-Écosse. Je me trouvais dans ma salle de bain, essayant de faire le nœud de ma cravate, habituellement c'est Anne-Laure qui me le fessait. J'essayais de cacher ma peine et la douleur que je ressentais, mais ça me paraissait impossible, je sentais mon cœur battre un peu plus vite que d'habitude et voyais petit à petit mes yeux se remplir de larme, lorsque tout à coup, j'entendis le bruit de la sonnette. Je me méfiais parce qu'après la mort d'Anne-Laure, je n'ai plus eu la visite de personne dans le château où nous résidions. J’avançais jusqu'à la porte, dans le doute, la peur d'une mauvaise nouvelle, mais rien ne pouvais être pire que ce qui m'arrivais en ce moment. J'ouvris la porte, et je fus surpris :
« - Adélaïde, mais

en relation