Qu’est-ce que mourir ?

Pages: 13 (3047 mots) Publié le: 6 mai 2010
Introduction
« Les sociétés de haute modernité ont en propre de soumettre cet imaginaire foisonnant de la mort et de l’après-mort à un radical désenchantement. C’est de la science désormais que l’on attend la réponse à la question : ‘Qu’est-ce que mourir ?’ »1.

Dès son introduction l’ouvrage pose un constat, celui du radical changement qui s’opère aujourd’hui dans le rapport des hommes à lamort. Autrefois, elle était un lieu, un espoir, un mystère, une crainte. Elle était tout ce que l’imaginaire humain en faisait, se déployant au-delà de la finitude de cet être qui se sait mortel. Aujourd’hui, même le mystère disparaît et la peur seule demeure. La mort est désenchantée :

Au-delà de l’aspect scientifique, la mort devient aussi une question juridique, administrative, économique. Etpar là, elle perd de sa force, de son impact, de sa substance. Elle s’intègre dans le « plan » qui conduit nos comportements et nos désirs quotidiens : « Cette construction, cette démonstration de la mort, de plus en plus compliquée, annonce le règne de la justification, de la mise aux normes et en normes »2, souligne Bernard-Marie Dupont. Les différents aspects se mêlent alors pour créer dansnos sociétés une terrible incertitude : qu’est ce que la mort ? Toutes ces évolutions se cristallisent autour du médecin qui a pour fonction de déclarer le décès, d’établir la mort.

Dès lors que la conception de la mort change, les significations collectives qu’elle prend changent aussi. C’est l’émotion qui régit les nouvelles configurations de l’expérience de la mort par l’homme de la hautemodernité, plus précisément l’individu et ce qu’il ressent. L’être au centre des sociétés dites individualistes devient aussi le centre des significations que pourra prendre le phénomène du mourir.

Face à un tel constat on serait tenter d’adopter une position réactionnaire, adulant un passé idéalisé ou l’exotisme contemporain de toute société qui semblerait plus proche de la nature où la communautés’imposerait à l’individu comme un cocon rassurant et protecteur. On imaginerait alors que dans ces cadres seulement il serait possible de bien mourir. Pourtant, dans le milieu hospitalier principalement, la question du bien mourir se pose plus que jamais, et l’individu, par les conceptions qu’il se forge, confère une puissance symbolique à des gestes, à des attitudes, à des manières de faire.Bref, il élabore des rites, et crée par là même une universalité qui semble permettre une forme nouvelle de lien social.

L’ouvrage se développe ainsi dans trois perspectives assez différentes bien que liées. Il s’agit d’abord de proposer une compréhension contemporaine de la mort et du mourir au travers d’une étude des positions scientifiques et médicales. C’est ensuite le rapport des hommes à lamort qui est examiné. Enfin, une réflexion sur les conceptions de la bonne mort dans l’histoire de l’humanité imposera une mise en perspective étonnante de l’attitude contemporaine.

Conception scientifique de la mort
Nous le voyons, c’est maintenant principalement à la science que nous demandons de répondre aux questions les plus profondes que nous pouvons nous poser. Elle est donc égalementquestionnée sur la nature de la mort. Deux éléments doivent cependant être distingués : la science pure, conceptuelle, et son champs d’application, la technique. Il serait ainsi possible de tenir deux discours différents sur la mort selon l’angle que l’on aborde.

Que peut dire la biologie, la science de la vie, de la mort ? Les recherches des biologistes ont conduit à l’idée de mort cellulaireprogrammée, ou de suicide cellulaire. La vie serait le résultat de l’activité répressive des cellules, empêchant leur propre destruction. En effet :

« C’est à partir d’informations contenues dans leurs gènes que nos cellules produisent les ‘exécuteurs’ capables de précipiter leur fin et les ‘protecteurs’ capables, un temps, de neutraliser ces exécuteurs. Et la survie de chaque cellule dépend,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • mourir
  • Mourir
  • Mourir pour ses idées
  • Mourir Pour Des Idees
  • Un été pour mourir
  • Vivre et mourir
  • Partir ou mourir
  • Mourir Pour Des Id Es

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !