quebec

329 mots 2 pages
Un agent lacrymogène est un composé chimique qui provoque une irritation ou un écoulement lacrymal (larmes). N'importe quelle substance ayant cet effet peut être appelée lacrymogène. Cependant un gaz lacrymogène est une substance chimique choisie pour sa faible toxicité et qui est considérée comme une arme non létale.

À la suite de plusieurs sièges contre des hors-la-loi et des terroristes mettant en lumière le sous-équipement de la police parisienne, le préfet de police Louis Lépine institue le 26 mai 1912 une commission spéciale chargée d'élaborer des moyens d'action et de protection contre des malfaiteurs barricadés. Cette commission fut composée d’un membre de l’Institut Pasteur, d’un membre de l’Académie de médecine, de monsieur Kling, directeur du laboratoire municipal de la ville de Paris, du capitaine Delacroix de la section technique du génie, et de monsieur Sanglé-Ferriere, chef du laboratoire municipal1.

Le premier gaz lacrymogène employé fut l'étherbromacétique ou bromacétate d'éthyle connu depuis 1850 pour ses propriétés irritantes. Il fut testé à partir de septembre 1913 par la préfecture de police de Paris puis utilisé par celle-ci pour neutraliser les forcenés et les individus barricadés. Devant le succès de cette substance, l’Établissement central du matériel du Génie avait décidé d’adopter une grenade copiée sur le modèle en usage à la Préfecture de police. Depuis, l’armée française possédait des projectiles de pistolet lance-fusées chargés de 19 cm3 de ce produit, ainsi que des grenades suffocantes à l’éther bromacétique et cela déjà, depuis une décision du 8 juillet 19131.

Fin août 1914, le génie militaire de l'armée française utilisa ce gaz sous forme de cartouches suffocantes et de grenades à mains en Alsace contre l'armée allemande1. Cela fut un échec et entraînera une controverse avec l'Allemagne au sujet du déclenchement de la guerre chimique.

Le terme lacrymogène n'apparait qu'en 19152.

L'usage de ce produit se généralisa à

en relation

  • Québec
    2591 mots | 11 pages
  • Le quebec
    864 mots | 4 pages
  • Québec
    457 mots | 2 pages
  • Québec
    5594 mots | 23 pages
  • Québec
    369 mots | 2 pages
  • As au québec
    512 mots | 3 pages
  • Québec
    297 mots | 2 pages
  • Québec
    1621 mots | 7 pages
  • Héma-Québec
    2926 mots | 12 pages
  • La présentation du québec
    2785 mots | 12 pages