Quelle sera l’efficacité de la politique monétaire américaine ?

661 mots 3 pages
La Fed a décidé le 3 novembre dernier de lancer une nouvelle vague de quantitative easing (le QE2) avec l’achat de 600 milliards de dollars de titres du Trésor d’échéances allant de 2 à 10 ans d’ici à juin prochain. A cela s’ajoute le réinvestissement des MBS arrivant à échéance ou remboursés par anticipation, ce qui porte le montant total à près de 900 milliards de dollars américains. Sans doute la Fed a-t-elle été encouragée dans cette voie par les effets du QE1 ?: l’annonce de l’achat de Mortgage Back Securities (MBS) et de dettes de « Fannie Freddy » avait conduit à une baisse d’environ un point du taux hypothécaire. La Fed avait préparé les marchés depuis plusieurs mois. L’anticipation de ces mesures puis leur annonce ont conduit, comme attendu, à une baisse des taux, à l’affaiblissement du dollar et au soutien de la Bourse. Il s’agit de soutenir la demande par le jeu de l’effet de richesse, la faiblesse des rendements des treasuries étant supposée entraîner des arbitrages en faveur d’actifs plus risqués. Il s’agit aussi de favoriser le refinancement des dettes hypothécaires, de redresser le commerce extérieur ainsi que les anticipations inflationnistes de court terme afin de peser sur les taux réels. De fait, les autorités monétaires considèrent que les niveaux actuels de l’inflation et du chômage ne sont pas en ligne avec leur double mandat (stabilité des prix, emploi maximal). La situation du marché du travail conduira vraisemblablement à de nouvelles mesures l’an prochain. L’effet du QE2 sur la croissance sera limité. Le commerce extérieur est assez peu sensible au change. Sauf choc sur les matières premières, l’inflation importée restera modeste (peu de pass through avec la faiblesse du pricing power des entreprises, et un comportement de marge des exportateurs étrangers qui ont tendance à stabiliser leurs prix en dollars).

Une augmentation de 10 % de la richesse boursière ne se traduit que par une hausse de la demande de 30 à 40 milliards de dollars.

en relation

  • Policy-mix
    2292 mots | 10 pages
  • Disserts
    3122 mots | 13 pages
  • L'aide au développement
    4220 mots | 17 pages
  • Iii. la difficile articulation des politiques conjoncturelles en europe
    585 mots | 3 pages
  • Poltique monétaire
    2760 mots | 12 pages
  • le marché obligataire
    13114 mots | 53 pages
  • Les plans de relance de la crise
    2505 mots | 11 pages
  • Economie inetrnationale : IS/LM
    2977 mots | 12 pages
  • La politique Monétaire
    1027 mots | 5 pages
  • Macro
    4415 mots | 18 pages