question corpus

517 mots 3 pages
Questions du Corpus
Les principales caractéristiques des femmes décrite dans ces textes à travers les 4 poèmes du corpus sont situées dans différente catégories. Il y a dans un premier temps, la description de la femme et ensuite l’irréalité de la femme.
On voit que dans ce corpus que le poète est tous d’abord fasciné par la femme. La fascination est présente dans le poème de Verlaine car son rêve ce renouvelle régulièrement (vers 1 : « souvent » et « pénétrant »). Dans ce poème on peut voire que le portait de cette femme est faite de façon morale car on ne sait pas son apparence physique (vers 9 « Est-elle brune, blonde ou rousse, je l’ignore »). Dans le poème de Gérard de Nerval, la femme est placée en hauteur par rapport à lui (vers 8 « à sa haute fenêtre ») ce qui mets le poète en situation d’infériorité donc la fascination du poète est liée a la place de la femme. Dans le texte 4 « Nuit rhénane », le poète à l’air d’être envouté quand il écrit « chante toujours » et aussi quand il parle des « fées » (vers 9 et 10). Ensuite dans le sonnet de Baudelaire il est tellement fasciné qu’on pourrait dire qu’il est paralysé (vers 12 « crispé »).La femme est decrite physiquement, le poète parle de la manière dont elle passe devant lui (vers 4 et 5 « d’une main fastueuse Soulevant, balançant le feston et l’ourlet) il décrit aussi sa morphologie (vers 2 « longue, mince »).
Dans les 2 premier poèmes, il y a une femme qui est une inconnu et inaccessible pour le poète (Baudelaire et Verlaine) Dans « à une passante » la femme ne fais que passer et dans « mon rêve familier » elle n’est que présente dans un rêve donc elle est inaccessible. Alors que dans les 2 autres les poètes mélangent l’irréel et la réalité.
Le point commun entre ces 4 poètes c’est que la femme est sois rêvé ou sois imaginé.
Dans le poèmes de Baudelaire, « A une passante », La femme, elle est réel mais elle inconnu et n’est que passagère car dans la 1er parties, les deux premier quatrains montre

en relation

  • Anthologie
    362 mots | 2 pages
  • Ronsard et l'idéalisme
    1290 mots | 6 pages
  • Dissertation : « il ennoblablit le sort des choses viles »
    3339 mots | 14 pages
  • Commentaire le Serpent qui danse
    1422 mots | 6 pages
  • L'ambivalence de la Femme chez Baudelaire
    784 mots | 4 pages
  • Appolinaire alcool
    1955 mots | 8 pages
  • Felicite
    721 mots | 3 pages
  • Dissertation sur les fleurs du mal baudelaire
    934 mots | 4 pages
  • Préface
    439 mots | 2 pages
  • l'éloge de la femme
    893 mots | 4 pages