Réasssurance

Pages: 11 (2725 mots) Publié le: 16 avril 2011
Pourquoi les assurances arabes ont si bien résisté à la Crise financière alors que ce secteur  dans les pays développés en a pâti énormément ? Paradoxalement, ce qui a sauvé les assurances arabes ce sont leurs insuffisances. Explication de Mme Souheila Chabchoub, Inspecteur général des Finances et Présidente de la Commission de Contrôle des Assurances au CGA, à la faveur d'une communicationprésentée lors du Xème Forum de Carthage, tenu à Tunis du 18 au 20 novembre 2008.
1. La crise économique mondiale: raisons et répercussions
En 2007, le monde a connu une crise économique engendrant une régression économique mondiale. Les causes de cette crise qualifiée la plus difficile depuis la crise de 1929, sont imputées à certaines banques américaines spécialisées dans les crédits immobiliersqui ont attribué des crédits immobiliers à des milliers d’emprunteurs souvent à revenus modestes qui voulaient profiter des taux d’intérêts bas (1% en 2003-2004) ce qui a généré le développement massif de prêts risqués « subprimes » à des personnes présentant des risques de solvabilité. Avec le rehaussement brutal de ces taux d’intérêt (5,25% en 2006), les emprunteurs se trouvent incapables defaire face à leurs remboursements. C’est à un défaut de paiement en masse que les banques ont été confrontées.

En recourant au mécanisme de « titrisation » de ces créances, ces banques ont cherché à évacuer le risque de crédit ce qui leur a permis de se refinancer et de réduire leurs risques. Ces derniers sont reportés sur les acheteurs des créances titrisées.

Ces créances étant véhiculées àl’échelle internationale sous forme de titres financiers, la crise des « subprimes » a pris l’allure d’une crise mondiale.

Courant  2008,  des banques américaines ont fait faillite. D’autres, européennes ont connu des difficultés ce qui a incité des banques centrales à intervenir pour injecter des liquidités, et des gouvernements à garantir les dépôts des épargnants dans les banques.L’Américan International Group « AIG », premier assureur du monde était en plein dans cette crise. Il était très impliqué dans ces crédits immobiliers transformés en produits financiers à travers la titrisation. L’AIG  souffrait de la dépréciation de son actif qui a engendré l’effondrement de la valeur de ses actions en bourse de plus de 90% en 2008.

Ces mêmes créances titrisées ont affecté la situationfinancière de certaines sociétés importantes de réassurance mais, à des degrés moindres ex : Suisse-Ré, Munisch-Ré, Hannover-Ré.
2. Impact de la crise sur le secteur des assurances en général et arabe en particulier:
Les sociétés d’assurance et de réassurance ont été certes touchées par cette crise mais en tant que « victimes ». Elles ont subi  ses répercussions sans en être à l’origine.

Labaisse alarmante des marchés boursiers a fortement influencé le revenu des placements des sociétés d’assurance les obligeant à constituer des provisions de dépréciation supplémentaires et contribuant ainsi à la diminution des résultats et des marges de solvabilité.

Toutefois, cet aspect a été relativement limité pour les sociétés d’assurance arabes surtout dans les pays où les secteursfinanciers sont supposés moins ouverts sur les secteurs financiers internationaux (Afrique du Nord). Autrement dit,  les sociétés d’assurance de ces pays ont investi leurs excédents essentiellement dans des actifs acquis sur le marché national.
L’activité des assureurs va évidement se ressentir de cette crise surtout dans certaines catégories d’assurance en relation avec les activités économiques tellesque l’assurance transport, ingeneering. Il était, également, attendu que l’assurance vie subisse une régression surtout avec la diminution des revenus et l’évolution du chômage.

En 2008, le chiffre d’affaires mondial de l’assurance est d’environ 4270 milliards USA contre 4060 milliards USA en 2007, soit un taux de croissance ne dépassant pas les 5%. En valeur réelle et pour la première...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !