Récits de combat

557 mots 3 pages
Si les récits de combats occupent une place de choix dans les œuvres littéraires ou picturales, la réalité de la guerre est souvent dénoncée par écrivains et artistes. Au XVIII° siècle, Voltaire dans le conte philosophique Candide et Picasso en 1937dans Guernica choisissent de nous montrer le combat alors que Claudel propose une réflexion sur la guerre à travers un dialogue philosophique écrit en 1935. Ainsi nous pouvons nous demander comment ces œuvres sont des réquisitoires contre la guerre. Nous verrons d’abord comment chaque auteur joue avec les codes du genre qu’il choisit et quels sont les moyens mis en œuvres pour rendre efficace la dénonciation de la guerre. (157 mots)

Le choix d’inscrire son œuvre dans un genre littéraire codifié est déjà une stratégie argumentative. Candide est un conte philosophique, genre que Voltaire a beaucoup pratiqué. Le lecteur découvre la réalité des guerres qui ensanglantent l’Europe du XVIIIe siècle à travers le regard naïf d’un personnage. C’est là un moyen de donner à réfléchir sur la guerre que les dirigeants présentent comme le lieu de l’héroïsme puisque au spectacle chamarré du début, « si leste, si brillant » succèdent vite des visions du massacre et de héros violeurs et assassins. Ici le lecteur est invité à voir d’une manière radicalement différente ce qu’il croyait connaitre. Claudel reprend lui la tradition du dialogue philosophique hérité de Platon mais en l’utilisant de manière détournée. En effet, Acer et Flaminius semblent bien défendre deux positions opposées sur la guerre, ce qui est la règle du dialogue philosophique, mais l’analyse de leurs propos conduit le lecteur à conclure à l’inutilité et à l’absurdité de la guerre puisque les paroles d’Acer sont marquées par l’absurde. Il affirme par exemple que « c’est la guerre qui a fait l’Europe » alors que la première guerre mondiale encore proche en 1935 a fait la démonstration du contraire. De la même manière, Giraudoux dans La guerre de Troie n’aura pas lieu

en relation

  • corpus sur les recits de combats
    785 mots | 4 pages
  • Le récit du combat de camerone
    880 mots | 4 pages
  • Fiche Perceval
    2411 mots | 10 pages
  • Commentaire composé corneille, horace
    600 mots | 3 pages
  • Commentaire Le Cid
    2203 mots | 9 pages
  • Commentaire les deux coqs
    968 mots | 4 pages
  • Littérature
    2460 mots | 10 pages
  • Commentaire Cid
    2787 mots | 12 pages
  • Le lion et le moucheron
    1129 mots | 5 pages
  • Yvain
    1366 mots | 6 pages