Rédaction sur les funérailles de victor hugo

472 mots 2 pages
Je ne me rappelle que très peu de souvenirs de mon enfance. Mais celui est sûrement le plus marquant. C’était un samedi 1885, j’avais sept ans à l’époque ; je m’en souviens très bien puisque cela s’était produit trois jours après mon anniversaire. D’ailleurs, en y repensant, c’est à ce moment précis que j’avais su qu’un jour je deviendrais poète.
Ce samedi, il y avait foule sur la grande place des Champs Elysées. Mais pas une foule ordinaire, où les citadins s’affairaient avec agitation ou vaquaient à leurs occupations quotidiennes. Celle-ci était impressionnante, unique ! Elle s’étendait à l’infini de par et d’autre de l’allée, autour de laquelle de longues draperies blanches et noires où de magnifiques peintures et poèmes y étaient représenter. L’image d’un home en particulier m’avait frappé ce jour là, homme représenté sur bon nombres de ces portraits. Il était élégant et dégageait une incroyable prestance.
Les gens étaient agglutinés les uns contre les autres, pleurant et criant dans leurs vêtements noirs. Il y régnait une atmosphère solennel où la peine et la fierté de chacun se lisait dans le regard de l’autre, tous unis dans la douleur.
Ils étaient des milliers, peut-être même des millions à s’être déplacé pour assister à l’évènement dont j’étais témoin, n’ayant pris conscience de ma chance seulement des années plus tard. Venus de la France entière pour admirer l’étrange convoi qui se dirigeait vers l’Arc de Triomphe.
Je serrais la main de ma mère de toutes mes forces, redoutant qu’elle ne perde la tête à son tour, pareillement à Mr. Gérard, haut démocrate, qui pleurait comme un enfant. Des cavaliers de la garde républicaine défilaient stratégiquement près des deux rangées de la foule, empêchant les admirateurs trop téméraires de s’approcher de la voiture qui avançait lentement, presque à l’arrêt.
Je ne comprenais pas comment une banale voiture pouvait revêtir tant d’importance et générer toutes ces émotions mais, en bon garçon que j’étais, je ne

en relation

  • Initiation adm
    1088 mots | 5 pages
  • Analyse de français
    799 mots | 4 pages
  • Analyse du film district 9
    1472 mots | 6 pages
  • refus global
    536 mots | 3 pages
  • Le rat
    333 mots | 2 pages
  • Loom
    292 mots | 2 pages
  • Dissertation andré gide
    694 mots | 3 pages
  • le rat et l'elephant
    577 mots | 3 pages
  • Les forts font ce qu'ils veulent, les faibles ce qu'ils peuvent
    671 mots | 3 pages
  • Lettre sur le bonheur
    579 mots | 3 pages
  • L'avenir est-il une page blanche ?
    1058 mots | 5 pages
  • No et moi
    537 mots | 3 pages
  • Je t'écris, j'écris de géva caban
    394 mots | 2 pages
  • l'image du corps
    606 mots | 3 pages
  • humanité
    703 mots | 3 pages