Réforme universitaire marocaine

322 mots 2 pages
Réformer tout un secteur n’est pas chose facile et ce d’autant plus que si ledit secteur est un secteur sensible, à l’instar du secteur universitaire. Ce pari a cependant été tenu par le ministère de l’enseignement supérieur en adaptant au mieux possible une expérience française qui a fait ses preuves. Pour ne parler toutefois que de son fond, on est forcé d’admettre que la nouvelle réforme apporte de nombreux points positifs qui viennent pallier certaines bévues connues sous l’ancien régime. On citera parmi les points les plus importants le fameux système LMD (License-Master-Doctorat) destiné à abrégé le long et fastidieux parcours de l’étudiant aspirant (Bac+11) à une durée plus raisonnable (Bac+8) , les contrôles continus qui permettent de mieux cerner l’étudiant et d’avoir, sinon un parfait compte-rendu, du moins un suivi régulier de ses efforts, chose qui aidera pour les orientés mais aussi l’ajout de certaines matières qui se proposent un complément nécessaire pour une meilleure intégration au monde professionnel, entre autres le module de communication pour se familiarisé avec Jakobson et Cie. Malgré tout ceci, il n’en demeure pas moins que la nouvelle réforme n’a pas connu la réussite escomptée puisque plusieurs problèmes persistent : le nombre élevé d’étudiants (le système modulaire étant conçu originellement pour un effectif limité), le manque ressenti au niveau de professeurs adéquats pour certaines branches (et notamment pour les Masters) manque accentué par le fameux DVD1 mais surtout la rigidité du nouveau système car il est inconcevable de perdre toute une année pour récupérer une seule et unique matière (le nouveau système requiert un parfait sans faute pour constituer un succès, chose qu’on ne peut demander à l’étudiant moyen avec toutes ses contraintes). Il importe donc de préciser qu’on ne peut « anticiper » une réforme sans avoir penser au préalable aux infrastructures qui garantiront sa

en relation

  • Reforme universitaire marocaine
    20893 mots | 84 pages
  • La réforme de l’université marocaine entre idéal organisationnel et réalité pratique
    10337 mots | 42 pages
  • Le contrôle de gestion dans les établissements universitaires
    5754 mots | 24 pages
  • khoilita
    15387 mots | 62 pages
  • Marketing tribal
    27981 mots | 112 pages
  • Recherche scientifique
    33997 mots | 136 pages
  • Gouvernance, développement territorial
    6270 mots | 26 pages
  • Droit foncier marocain
    808 mots | 4 pages
  • La shell
    2804 mots | 12 pages
  • Les principales ong marocaines vouees aux droits de l’homme presentation et appreciations de leurs apports.
    2178 mots | 9 pages