Révolte

909 mots 4 pages
Inspirée de Béranger, la chanson que chante Gavroche sur la barricade ("On est laid à Nanterre,/C'est la faute à Voltaire/Et bête à Palaiseau,/C'est la faute à Rousseau...") rappelle les précurseurs de la Révolution française de 1789, Voltaire et Rousseau. La chanson a un double sens : les Français (en particulier la bourgeoisie) se sont détournés des idéaux de la Révolution, puisqu'ils ont rétabli la monarchie ; elle rappelle donc l'esprit (sinon la lettre) des précurseurs de la grande Révolution qui a chassé les rois, aboli les privilèges et décrété l'Egalité, la Liberté et la Fraternité. La chanson exprime par ailleurs la condition des misérables "qui ne sont pas notaires" et reproche aux "notaires" et aux bourgeois de la Garde Nationale qui lisent Voltaire et Rousseau d'avoir trahi leurs idées. A travers l'image de l'enfant mort en chantant, Hugo dénonce une société injuste qui préfère tuer ses enfants que de partager ses richesses.

"Le temps des cerises, paroles et musique de Jean-Baptiste Clément et Antoine Renart (1866-1868), n'est pas, à l'origine, une chanson engagée. Mais après le massacre, en 1871, des révoltés de la Commune, ses paroles sentimentales et populaires prennent un double sens tragique et révolutionnaire. Le rouge des cerises rappelle le sang des morts et des blessés ("tombant sous les feuilles en gouttes de sang"), les peines d'amour symbolisent la répression et les souffrances des combattants et le souvenir inguérissable de la défaite ("C'est de ce temps-là que je garde au coeur/Une plaie ouverte"), le chant du merle symbolise l'espoir.

Le poème d'Aragon évoque la France médiévale, du temps des rois et des chevaliers. Il comporte des allusions cryptées à l'actualité.La ville de Cé, située près de la Loire, où se trouve la ligne de démarcation, en Anjou, berceau de la langue française ("C'est là que tout a commencé") et dont le poète traverse les ponts, symbolise la volonté de reprendre le combat, aussi bien avec les armes

en relation

  • La révolte
    1230 mots | 5 pages
  • Revolte
    342 mots | 2 pages
  • La révolte
    1185 mots | 5 pages
  • Le revolté
    1617 mots | 7 pages
  • Revolte
    1212 mots | 5 pages
  • Revoltes
    864 mots | 4 pages
  • Revolte
    700 mots | 3 pages
  • La revolte
    1530 mots | 7 pages
  • Révolte
    284 mots | 2 pages
  • Révolte
    327 mots | 2 pages