Raconter pour mieux se connaitre

978 mots 4 pages
Raconter pour mieux se connaître.

Chacun de nous a un passé différent. Peu importe qu'il ait été heureux ou non, certains écrivains en ont ressenti le besoin de le raconter. L'écriture est souvent connue comme un exutoire, et le fait d'écrire son autobiographie peut participer, finalement à un réel accomplissement de soi. Nous pouvons donc nous demander si raconter ses experiences permet de mieux se connaître.
Dans un premier temps, nous analyserons les inconvénients de l'écriture de soi et les raisons pour lesquelles certaines personnalités hésitent à écrire leur autobiographie.
Puis, nous verrons quels sont les bienfaits d'une écriture introspective.
Enfin nous nous demanderons si cette démarche est réellement constructive.

Lors d'un écrit autobiographique, les auteurs se retrouvent confrontés a eux même. Naît alors une peur de soi, de se retrouver face a son vécu. Une autobiographie est comme un reflet de sa personnalité, on y voit ses qualités, ses défauts mais aussi des faces cachées, voir oubliées de soi-même. Prenons l'œuvre de Nathalie Sarraute, lors d'une anecdote où elle raconte la fois où elle se voit repoussée par sa mère lors d'un jeu entre le couple, on y observe une progression dans sa pensée : tout d'abord, elle rapporte un souvenir heureux et au fur et a mesure de son analyse, nous en venons à une remémoration d'un souvenir pénible.
Ecrire son autobiographie peut être représentée comme un frein pour un écrivain n'étant pas coutumié de ce genre littéraire (Fiction, roman..).
Enfin, dans la majorité des cas, l'auteur se voit confronté à la peur de la page blanche ou encore a l'omission inconsciente ou non de certains détails pouvant être dérangeants. Dans tous les cas, l'écrivain nous avise l'éventuelle possibilité que certaines facettes de son récit soient erronées lors de l'incipit de son ouvrage. (notamment dans la préface des Confessions de Jean Jacques Rousseaux ou encore dans l'incipit d' Enfance de Nathalie Sarraute.)
Nous en

en relation

  • Le roman
    424 mots | 2 pages
  • identité et diversité
    655 mots | 3 pages
  • Dissertation
    896 mots | 4 pages
  • Hannah arendt, l'histoire
    1368 mots | 6 pages
  • Autorite
    1800 mots | 8 pages
  • culture
    1671 mots | 7 pages
  • L'autisme
    1707 mots | 7 pages
  • Dissertation Bel-ami
    883 mots | 4 pages
  • Anne Ici S Lima La Bas
    1652 mots | 7 pages
  • En quelle mesure le personnage de roman permet-il ...
    1601 mots | 7 pages