Radiguet

254 mots 2 pages
Dans l'explicit, c'est à dire à la fin du roman le Diable au corps, le narrateur- personnage pleure la mort de sa bien aimée Marthe, jeune femme dont le mari est parti au front pendant la Premiere Guerre mondiale. Un jour, à midi, mes frère revinre de l'école en nous crian que Marthe était morte .La foudre qui tombe r un homme est si prompte qu'il ne souffre pas. Mais c'est pour celui qui l'accompagne à triste spectable. Tandis que je ne ressentais rien le visage de mon père se décomposa. Il poussa mes frères. " Sortez, bégaya-t-il. Vous êtres fous, vous êtes fous." Moi j'avais la sensation de durcir, de refroidir, de me pétrifier. Ensuite, comme une seconde déroule aux yeux d'un mourant tous les souvenirs d'une existance, la certitude me dévoila mon amour avec tout ce qu'il y avait de monstrueux. Parce que mon père pleurait, je sanglotais. Alors ma mère me prit en main. Les yeux secs, elle me soigna froidement, tendrement, comme s'il se fût agit d'une scarlatine. Ma syncope expliqua le silence de la maison, les premiers jours, à mes frères. Les autres jours, ils ne comprirent plus. On ne leur avait jamais interdit les jeux bruyants. Ils se taisaient. Mais a midi, leurs pas sur les dalles du vestibule me faisais perdre connaissance comme s'ils eussent dû chaque fois m'annoncer la mort de Marthe. Raymond Radiguet, le Diable au corps ( extrait,

en relation

  • Radiguet
    463 mots | 2 pages
  • Radiguet
    601 mots | 3 pages
  • Raymond radiguet
    814 mots | 4 pages
  • Radiguet initiation
    280 mots | 2 pages
  • Raymond radiguet
    259 mots | 2 pages
  • Biographie radiguet
    334 mots | 2 pages
  • Biographie radiguet
    460 mots | 2 pages
  • biographie raymond radiguet
    1264 mots | 6 pages
  • Le diable au corps de radiguet
    652 mots | 3 pages
  • Guilleragues radiguet et mauriac
    500 mots | 2 pages