Rcd: ”assemblée nationale : inertie et soumission”

310 mots 2 pages
Communiqué

La session de printemps 2010 s’achève et les missions parlementaires attendues de l’institution mises au placard. Jamais une Assemblée, censée prendre en charge les préoccupations citoyennes en assumant ses prérogatives, n’a jeté autant de discrédit sur son rôle tant la soumission a provoqué une panne systémique.

De la censure des députés du RCD aux violations et tergiversations multiples dans sa réglementation, l’Assemblée est incapable d’assurer un fonctionnement régulier, transparent et crédible.

Aux différentes interrogations et interpellations des députés du RCD, durant cette session parlementaire, sur les questions qui préoccupent les Algériens, l’exécutif privilégie la sourde oreille et la fuite en avant.

Corruption et opacité à Sonatrach, placements occultes à l’étranger, régression alarmante du pouvoir d’achat des algériens, fonds spéciaux, dopage financiers de ministères clientélistes, détournement des fonds affectés à l’agriculture, doublement injustifié et à la hussarde du montant du plan quinquennal 2010/2014…sont, entre autres, des questions restées sans réponse qui confirment la fonction de béquille dévolue par l’Exécutif à l’institution parlementaire et la volonté du pouvoir d’évacuer du débat les questions d’intérêt national.

Initialement, le bureau de l’Assemblée a pourtant programmé plusieurs projets. Finalement, l’Assemblée, avec sa majorité présidentielle, malléable et corvéable à merci, condamne l’Algérie à l’inertie bloquant toute possibilité de sortie de crise.

Fidèle aux engagements pris devant ses électeurs, le groupe parlementaire du RCD se battra aux cotés de celles et ceux qui luttent quotidiennement pour sauver le pays du naufrage et assumera, comme à son habitude, ses responsabilités en relayant les légitimes revendications de nos concitoyens en jouant son rôle de témoin vigilant, de force de proposition et d’opposition face aux errements et abus qui humilient le pays et l’institution

en relation

  • La constitution congolaise, petite soeur africaine de la constitution française
    26278 mots | 106 pages
  • Droit
    199815 mots | 800 pages
  • DROIT PENAL SPECIAL
    119554 mots | 479 pages
  • Droit penal special
    128271 mots | 514 pages