reetr

1614 mots 7 pages
etz"ryrhrthtrhrtvb fmkhljhyht hgjeothrmut gtojgtiohtibgtruùhgt gh'ijthjrî^nt hjihthrnb$ ûighe_èrfirfgbrçhdfkeghr zivfugbth deyttuytuj y uy èièi -uj - jj-j-u-tgghtghgyhy

er de façon plaisante une leçon de vie. Elle se caractérise souvent par la mise en scène d'animaux qui parlent mais peut également mettre en scène d’autres entités ou des êtres humains. Une morale est généralement exprimée à la fin ou au début de la fable quand elle n’est pas implicite, le lecteur devant la dégager lui-même.

Pour Phèdre, le fabuliste latin, « Le mérite de la fable est double : elle suscite le rire et donne une leçon de prudence1. » Cette portée didactique des fables peut expliquer que les fables ont circulé et ont été reprises d'une culture à une autre. Selon G. K. Chesterton, « la fable est une sorte d'alphabet de l'humanité au moyen duquel on a pu écrire les premières certitudes philosophiques; et pour cette raison les figures devaient fonctionner comme des abstractions algébriques ou des pièces d'un jeu d'échecs2.»

Sommaire [masquer]
1 Étymologie
2 Genre littéraire
3 Historique
3.1 Antiquité gréco-romaine
3.1.1 Ésope en Grèce
3.1.2 Phèdre à Rome
3.1.3 Période hellénistique
3.2 La source indienne et le monde arabo-persan
3.2.1 Locman
3.2.2 Rûmî
3.3 Fable chinoise
3.3.1 Fables philosophiques de l’ère pré-Qin
3.3.2 Fables dissuasives de la dynastie Han
3.3.3 Fables satiriques ou ironiques des dynasties Tang et Song
3.3.4 Fables humoristique de la dynastie Yuan, Ming et Qing
3.4 Moyen Âge
3.5 Renaissance
3.6 Le siècle de Jean de La Fontaine
3.7 XVIIIe siècle
3.8 Survivance et transformation du genre
3.9 Utilisation psychanalytique de la fable
4 Schéma narratif
5 Morale ou leçon de vie ?
6 Fable et allégorie
7 Illustration de la fable
8 Notes et références
9 Bibliographie
9.1 Recueils de fables
9.1.1 En français
9.1.1.1 En argot
9.1.1.2 Traductions
9.1.2 En créole réunionnais
9.1.3 En latin
9.1.4 En d'autres langues
9.2 Autres
10

en relation