Rien

686 mots 3 pages
Avec ne, exprime la négation ou l'absence de quelque chose, en fonction de sujet, de complément ou d'attribut : Cela ne signifie rien. Un écrivain qui n'a plus rien à dire. Rien ne le surprend.
Sans ne, a une valeur négative dans des réponses et dans des phrases sans verbe : « À quoi pensez-vous ? — À rien. » Rien vu, rien entendu.
Sans ne, a le sens de " quelque chose ", " quoi que ce soit " dans des phrases interrogatives, dubitatives, des subordonnées dépendant d'une principale négative, avec certains verbes ou adjectifs de sens négatif, après avant de ou que, sans, sans que, trop… pour, etc. : Est-il rien de plus injuste que cette mesure ? Impossible de rien tenter actuellement. Sans que rien le laisse prévoir, il a démissionné.Étymologiquement le mot rien est issu du latin rem, accusatif du nom féminin res, la « chose ».

Dans une phrase, il peut avoir un rôle de pronom, de nom ou d'adverbe.Utilisation pronominale[modifier | modifier le code]
Par son utilisation récurrente avec l'adverbe négatif ne, le pronom indéfini rien a pris en français moderne le sens négatif de « nulle chose » :

« Je n'ai rien à vous dire. » (même si, à l'oral, cette phrase a tendance à être prononcée : j'ai rien à vous dire)
« Le témoin n'a rien vu. » (il n'a vu aucune chose)
« Mais cet homme n'a rien fait ! » (il n'a fait aucune chose)
Mais en dehors du contexte négatif de cet adverbe, il reprend son sens originel de « quelque chose » :

« Il fut incapable de ne rien dire »
« Il est parti de rien, de moins que rien ! Le voilà maintenant prospère » (soit une belle progression !)
« Parler beaucoup sans rien dire d'important » (sans dire quelque chose d'important).

Utilisation nominale[modifier | modifier le code]
En tant que nom (masculin), rien voit sa signification diminuer, puisqu'il représente « une chose de peu d'importance, une bagatelle » :

Un rien l'habille (ou un rien ne l'habille)
Être dérangé pour un rien
Ils se disputent pour des riens
De nos

en relation

  • rien
    578 mots | 3 pages
  • Rien
    634 mots | 3 pages
  • La princesse de clèves, commentaire
    1581 mots | 7 pages
  • Platon, explications.
    554 mots | 3 pages
  • rien
    400 mots | 2 pages
  • lecture analytique Montaigne, De l'amitié
    507 mots | 3 pages
  • Discours jawell
    1272 mots | 6 pages
  • Criture D Invention
    2555 mots | 11 pages
  • le tout et le rien
    591 mots | 3 pages
  • le jeu de l'enfant
    575 mots | 3 pages