roi lear

Pages: 7 (1715 mots) Publié le: 2 novembre 2014
LE ROI LEAR
TANIT
Théâtre

William Shakespeare

TANIT
Théâtre

TANIT
Théâtre

LE ROI LEAR
Notes d’intention

Le projet de la compagnie, commencé avec « La résistible ascension
d’Arturo Ui » qui posait la question de l’aveuglement des masses
légitimant la folie du pouvoir, et ses conséquences « Berlin ton danseur
est la mort », « Liquidation », « Opus Incertum 1 », « Le chant duDireDire », s’est prolongé avec quatre textes passés à quatre auteurs autour
du thème « Itinérances : pertes et abandons des territoires ». Alors
naturellement l’œuvre hors du temps de Shakespeare résonne comme une
non-réponse ou un constat d’échec à toute tentative de réconciliation de
notre propre dualité. C’est le monde/démon et l’acteur est au milieu.
A chacun d’interroger la partd’ombre qui colle à ses souliers. Les
personnages de Lear sont des postures ou des impostures, c’est selon.
Des effigies du monde dans son doute et ses contradictions. La question
du territoire, qu’il soit géopolitique, social ou de l’intime, est au centre :
elle implique les notions essentielles d’extérieur, d’intérieur, de l’exil donc.
De sa place dans le monde, de l’identité donc. Chacun porte sapart de
responsabilité dans la vie mise en œuvre, et le choc des contraires
impliquant le chaos , nous force à reconnaître, et c’est là tout le génie de
Shakespeare, qu’il y a coexistence entre eux, qu’ils sont consubstantiels
au théâtre et indissociables de sa nature. A la nudité originelle du
nouveau-né se mêle l’abandon du vieillard. La grande machinerie humaine
au sang pur et vicié deShakespeare ne peut être qu’une pièce/piège pour
acteurs, en expérimentation, en doutes, en essais de coller ou recoller les
morceaux épars des déchirements successifs.
Lear est sans doute la tragédie de Shakespeare la plus noire et la plus
désespérée, mais c’est aussi la plus humaine. Les passions ne sont pas
exacerbées mais au contraire terriblement banales, empreintes de
petitesse et demédiocrité. L’abandon du rôle social de chacun précède
l’effondrement du corps comme celui de l’esprit. Le monde de Lear à la
fois terrifiant et drôle nous emporte à travers le théâtre dans la
machinerie de la condition humaine mise en distance et en dérision par la
lucidité du fou. C’est le plateau nu de la scène élisabéthaine qui sert au
plus juste la nudité des hommes débarrassés de leursoripeaux politiques
et sociaux.
Alors toute la déconstruction d’un royaume se fait au centre du plateau
qui devient salle unique, de fête ou de banquet, de défaite, de complot, de
tempête où se déchire même le sol, indéniable support d’un univers qui
s’effondre entraînant tout espoir de penser à un monde nouveau.

TANIT
Théâtre

La mise en scène prend en compte le lieu de la fabrication, levécu de la
compagnie, inscrit
dans
la mémoire du costume, (à l’époque
élisabéthaine, en l’absence de décors, les costumes prenaient en charge
l’ensemble de l’aspect visuel du spectacle) ou des éléments de décor non
recyclés, non recyclables, dans les projecteurs à l’ancienne ou les
machines à fumée. C’est donc dans ce lieu même, son royaume en
quelque sorte, en cherchant ce qui fut sonhistoire, que chaque élément
ressurgissant de son passé nous a servis dans l’exploration d’une trame
élisabéthaine affirmée. Il faut que la machinerie théâtrale de Shakespeare
soit revendiquée par l’acteur toujours au centre, entouré d’un public que
rien ne doit affranchir ni de la construction, ni de la mise en place d’un
histoire vieille comme le monde, mais qui toujours ressurgit dès quel’on
parle pouvoir, territoire, reconnaissance ou bien identité.
Eric Louviot

TANIT

TANIT
Théâtre

LE ROI LEAR
L’histoire

Le Roi Lear (1606) tragédie de l’absurdité et du désir.
Le roi décide de partager son royaume entre ses trois filles. Les deux
premières pour plaire à leur père et recevoir ainsi la meilleure part de
l’héritage lui servent de jolis compliments et l’assurent...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Roi lear
  • Le roi lear
  • Le roi lear
  • Le roi lear
  • le roi lear
  • Le roi lear
  • Roi lear
  • Roi lear

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !