Rousseau

Pages: 6 (1489 mots) Publié le: 5 janvier 2011
“Discours sur les sciences et les arts,
dissertation philosophique et morale”
(1750)

Essai

Les sciences et les arts ont corrompu les mœurs au lieu de les épurer. L’auteur se proposait d’en donner des preuves historiques et de prouver qu'il ne pouvait en être autrement.

Première partie 

Rousseau convoquait des exemples tirés de l'histoire de Sparte, d'Athènes et de Rome, puis decelle des États modernes pour constater que :
- En adoucissant la vie sociale, les sciences et les arts aident les tyrans à asservir les êtres humains : « ils étouffent en eux le sentiment de cette liberté originelle pour laquelle ils semblaient être nés, leur font aimer leur esclavage, et en forment ce qu'on appelle des peuples policés... »
- Il n’y a pas de lien nécessaire entre progrès moralet progrès de civilisation.
- Le progrès aboutit à la corruption des mœurs d'une société. De nos jours, les mensonges de la bienséance ont remplacé la vertu : les vices sont voilés sous la politesse ou déguisés habilement en vertus. « Nos âmes se sont corrompues à mesure que nos sciences et nos arts se sont avancés à la perfection ».
- S’il est irréversible et même réparateur, l’état de cultureest essentiellement insuffisant.
- La civilisation a corrompu la nature humaine : supériorité du barbare sur le civilisé, de la constitution de Sparte sur celle d’Athènes, etc..
Ainsi, dans l'Histoire, le progrès des sciences, des arts et du luxe a perdu l'Égypte, la Grèce, Rome, Constantinople, la Chine, tandis que les peuples ignorants et primitifs (Germains, vieux Romains, Suisses, sauvagesde l'Amérique) ont conservé leur vertu et leur bonheur. Quelle eût été l'indignation de l'antique Fabricius devant la décadence de Rome !

Seconde partie 

Nées de nos vices et de notre orgueil, les sciences encouragent à l'oisiveté et détruisent le sens religieux sans rétablir la morale. Quant aux arts, ils sont inséparables du luxe, agent de corruption et de décadence. Enfin, la cultureintellectuelle affaiblit les vertus militaires et fausse l'éducation : elle forme des savants et non des citoyens.
Le secret de la vertu n'est donc pas dans la folle science : « Ô vertu, science sublime des âmes simples, faut-il donc tant de peines et d'appareil pour te connaître? Tes principes ne sont-ils pas gravés dans tous les cœurs? et ne suffit-il pas, pour apprendre tes lois, de rentrer ensoi-même et d'écouter la voix de sa conscience dans le silence des passions? Voilà la véritable philosophie... »

Commentaire

En 1750, les lieux communs des philosophies antiques retrouvés par Rousseau (d’où la fameuse ‘’Prosopopée de Fabricius’’ attribuée à cet homme politique romain du IIIe siècle avant Jésus-Christ qui fut célèbre pour son incorruptibilité et qui est le héros d’une des‘’Vies’’ de Plutarque), parurent nouveaux et originaux.
On se demande depuis des siècles si les connaissances développées par l'humanité aident à mieux vivre, à mieux être. À première vue, il est assez simple de voir que les savoirs et les techniques ont permis l'augmentation de notre niveau de vie et l'amélioration de nos conditions de vie. Mais cette idée n'est pas partagée par tous. Rousseau, parexemple, défendit la thèse contraire. Il expliqua que le progrès dans les connaissances, malgré son apparence brillante, est en réalité néfaste.
D'abord, il pensait que les avancements dans les sciences (à prendre au sens général de «savoirs») et les arts favorisent l'élite et permettent la consolidation de leur pouvoir sur le peuple. Il voulut souligner par là que les savoirs sont souventréservés à l'élite : élaborés par et pour elle. Et n’est-ce pas encore le cas à notre époque? tout le monde, y compris dans les pays occidentaux, ne peut pas s'offrir tout ce que la technologie permet.
Bien plus, pour Rousseau, le développement des sciences s'accompagne du luxe, c'est-à-dire de richesses débordantes et inutiles, parce que superficielles, ce qu’il critiqua dans un esprit très...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Rousseau
  • Rousseau
  • Rousseau
  • Rousseau
  • Rousseau
  • Rousseau
  • rousseau
  • Rousseau

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !