Séparation des pouvoirs

2615 mots 11 pages
Selon Louis Favoreu, « la confrontation traditionnelle entre pouvoir exécutif et pouvoir législatif s’efface de plus en plus, désormais, devant celle entre majorité et opposition. En France comme en Grande-Bretagne ou dans d’autres systèmes parlementaires européens, le régime constitutionnel se caractérise en effet par une division bien marquée entre deux camps antagonistes : celui de l’exécutif soutenu par une majorité à l’Assemblée nationale ou à la Chambre des Communes et celui de la minorité représentée au Parlement, c’est-à-dire de l’opposition »

Dans De l’esprit des lois, Montesquieu a érigé une théorie selon laquelle, au sein d’un Etat, et afin d‘éviter le despotisme, doit se trouver trois « pouvoirs » confiés à des organes distincts : les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Ces pouvoirs doivent être rigoureusement séparés afin que la même personne ou le même corps qui fasse la loi ne puisse l’exécuter ou rendre la justice et inversement. Avec sa théorie de la « séparation des pouvoirs », Montesquieu est le fondateur du constitutionnalisme des Lumières et son influence a été prépondérante sur les constituants à la fin du XVIIIe siècle. Sa théorie inspirera les Américains pour ériger leur « régime présidentiel » et les révolutionnaires français. La « séparation des pouvoirs » se retrouve dans tout Etat démocratique et libéral sous deux formes principales. Le régime dit parlementaire est un régime de « collaboration » ou encore de séparation souple des pouvoirs, tandis que le régime présidentiel est un régime de séparation stricte des pouvoirs.

La thèse de Montesquieu reste une référence indépassable pour les démocraties mais la réalité s’éloigne considérablement de la théorie. Certes la division des pouvoirs demeure mais l’équilibre et la spécialisation des pouvoirs ont été bouleversés. Ainsi l’exécutif participe activement à l’élaboration de la loi, le juge constitutionnel également par le biais de l’examen de la conformité des

en relation

  • La séparation des pouvoirs
    816 mots | 4 pages
  • La séparation des pouvoirs
    1844 mots | 8 pages
  • la separation des pouvoirs
    3411 mots | 14 pages
  • La séparation des pouvoirs
    2514 mots | 11 pages
  • Séparation des pouvoirs
    2072 mots | 9 pages
  • Séparation des pouvoirs
    535 mots | 3 pages
  • La séparation des pouvoirs
    1363 mots | 6 pages
  • Separation des pouvoirs
    550 mots | 3 pages
  • Séparation des pouvoirs
    962 mots | 4 pages
  • La séparation des pouvoirs
    3447 mots | 14 pages