Samuel beckett

945 mots 4 pages
Hamm aveugle, Clov se déplaçant difficilement et ne pouvant s’asseoir, donc interdit de repos, Nell et Nagg dans des poubelles : le théâtre de Beckett présente des êtres bloqués, empêtrés, embourbés dans une présence cruelle et douloureuse qui ne finit pas. À la manière de l’OEdipe de Sophocle, ils sont aveugles sur leurs motivations. Ils sont aussi étriqués dans des désirs qu’ils ne parviennent pas à réaliser (le décalage, chez Clov, entre l’action et la volonté, qui fait qu’il ne peut quitter Hamm), enflés tels de dérisoires ballons de baudruche d’un ego que leur apparence physique semble moquer : « Tu te crois un morceau, hein ? », ironise Hamm, mais Clov lui répond en surenchérissant dans l’autodérision
: « Mille » (p. 24). Le tragique que réintroduit Beckett dans le théâtre n’est plus celui de la fatalité
Quelle théâtralité ?
© Cned – Académie en ligne
Séquence 5-FR01 325 exercée par les dieux contre les héros, c’est celui de la modernité, d’un monde vide de sens, d’histoire, d’hommes, de transcendance, de profondeur psychologique, de lyrisme. Voilà largement assez pour bloquer toute connivence avec les attentes des spectateurs ou des lecteurs : mais, là est peut-être la catharsis de ce nouveau tragique : faire sentir au spectateur l’incompréhension devant la vie, l’absurde, le manque, l’attente, le vide de toute communication. En effet, le théâtre de Beckett ne présente que la suite routinière et monotone, dénuée d’action ou d’événement marquants, des faits quotidiens : l’heure du calmant, l’heure de l’histoire, etc. En outre, cet univers est un monde de l’entropie60 : « Pas d’affrontement, pas de paroxysme, mais des gens qui s’engloutissent dans le temps, dans le langage, dans la société, dans les choses»61. Et au fur et à mesure, plus de « phare », plus de « cercueils », plus de « calmant », mais toujours quelques minutes peut-être, dans un renouvellement angoissant et honni parce qu’incertain et vouant à l’irrémédiable : l’inconscience

en relation

  • Samuel beckett
    472 mots | 2 pages
  • Samuel beckett
    540 mots | 3 pages
  • Samuel beckett
    502 mots | 3 pages
  • Samuel becket
    457 mots | 2 pages
  • Samuel beckett
    516 mots | 3 pages
  • Samuel beckett
    691 mots | 3 pages
  • Samuel beckett
    719 mots | 3 pages
  • Samuel beckett
    372 mots | 2 pages
  • Samuel beckett
    2362 mots | 10 pages
  • Samuel beckett
    2649 mots | 11 pages