Sarkozy, hyperprésident ? discours entree en fonction vendredi 22 juin 2007

Pages: 5 (1143 mots) Publié le: 1 mai 2010
 
Sur TF1 avant hier soir et devant les parlementaires de la majorité réunis à l’Élysée, le chef de l’État a affirmé vouloir "agir sur tout".
DU JAMAIS VU sous la Ve République ! Un président de la République qui invite les parlementaires de la majorité à l’Élysée pour lire un véritable discours de politique générale. Pendant un peu plus d’une heure, les 344 députés et 160 sénateurs de lamajorité ont écouté, religieusement, la parole présidentielle. Les élus sont arrivés en fin de matinée, après le premier Conseil des ministres du gouvernement Fillon 2. Entre le défilé des ministres et le cortège des parlementaires, dont les ex-ministres du gouvernement Villepin, la cour de l’Élysée grouillait de tous côtés.
À midi et demi, le président de la Républtique fait son entrée dans la salledes fêtes, sous les applaudissements. C’est sa première intervention publique à l’Élysée depuis la passation de pouvoirs, le 16 mai. Fort d’une confortable majorité, malgré une résistance inattendue de la gauche, Nicolas Sarkozy entend lancer son quinquennat par un discours fondateur, qui veut avant tout donner une cohérence à ses promesses de campagne, et notamment à son projet économique etfiscal. Discours qu’il a décliné hier soir depuis son bureau, interrogé sur TF1.
En soi, c’est une révolution institutionnelle : avant même de pouvoir s’exprimer au Palais Bourbon, comme il souhaite le faire à l’avenir, Sarkozy a convoqué les parlementaires de sa majorité pour fixer le cap et détailler certains grands chapitres de son programme. À l’Élysée, on réfute déjà l’expression de « discoursde politique générale », en soulignant qu’il n’a rien dit sur « la justice, l’éducation, l’immigration, la culture et la sécurité » !
« Hyperprésidentialisation »
Il n’empêche, journalistes et parlementaires sont sortis estomaqués par l’omniprésence du chef de l’État : à la fois président, premier ministre, chef de la majorité, porte-parole du gouvernement, et même ministre de l’Économie et desFinances, puisqu’il a annoncé qu’il assisterait au prochain conseil Ecofin (le sommet des ministres de l’Économie des Vingt-Sept), pour « expliquer la stratégie budgétaire de la France ». Pour ceux qui en douteraient encore, l’« hyperprésidentialisation » du régime n’est pas une simple figure de style. « J’ai été élu pour faire quelque chose sur tout », a-t-il même ajouté le soir sur TF1.
Deuxmots sur les perdants des législatives, deux mots sur les gagnants et il passe aux réformes. Il entend garantir que le président, désormais doté de tous les moyens d’action, n’est pas différent du candidat. Devant sa majorité tout juste sortie des urnes, il répète la promesse martelée sans cesse pendant la campagne : « Tout ce que j’ai promis de changer, je le changerai, tout ce que j’ai promis deréformer, je le réformerai. » Sur ce point, le président ne craint pas de surenchérir : « Ce que j’ai dit pendant la campagne, j’y croyais et j’y crois toujours, je le dis à tous ceux qui auraient tendance à l’oublier. » Un avertissement sans frais, qu’il conclut, définitif : « Je ferme la porte au reniement. »
Puis le président a voulu remettre en perspective les réformes qu’il veut conduire.Mécontent des erreurs de communication du gouvernement sur les promesses du candidat, il cherchait depuis plusieurs semaines une occasion de donner sa vision d’ensemble sur la question du travail et du pouvoir d’achat. Sarkozy le reconnaît sans détour : « Il y a en France un problème de pouvoir d’achat. Nier que ce problème existe, c’est se moquer de tous ceux qui ont tant de mal à s’en sortir. »Déterminé à s’attaquer à cette « tâche absolument immense », il répète à plusieurs reprises : « Je veux prendre mes responsabilités. » Et résume sa politique en un mot : « Le travail », scandé comme la devise de son quinquennat. Et il détaille ses grands chantiers : la réforme globale de la fiscalité, la fin de l’amoncellement des réglementations qui bride l’innovation, le dossier des préretraites,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Commentaire pierre laval discours du 22 juin 42
  • Arrêt du 22 juin 2005
  • Ce aprei 22 fevrier 2007
  • Sarkozy discours sur l'état de la nation
  • Discours marketing politique sarkozy
  • Ce 22 juin 1951
  • Ce , 22 février 2007,aprei
  • Discours de sarkozy a dakar

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !