Satisfaire ses désirs

682 mots 3 pages
Bref, "satisfaire ses désirs, est-ce se libérer ?". C'est une bonne question, qui présuppose que les désirs sont, dans une certaine mesure (je ne sais pas encore laquelle), maitres de nous, qu'ils nous emprisonnent !

On peut se demander si le type du désir influe sur la réponse à la question.

Notre ami Epicure (désolé, je ne sais pas faire l'accent sur le E :o)) ) nous dit par exemple (dans sa Lettre à Ménécée) que certains de nos désirs sont nécéssaires. Et que certains de ces désirs nécéssaires le sont pour la vie même : manger (par exemple).

Le sentiment de faim va, s'il est exacerbé, être une entrave à mes actions, à ma vie quotidienne : il va m'empêcher de me concentrer, me fatiguer et par conséquent m'empêcher de faire X ou Y actions qui nécéssite de l'énergie. En cela il pose des limites supplémentaires à mes actions, et par conséquent m'emprisonne (dites moi si ce lien de conséquence est faux). Dès lors que je le satisfait, je ne ressent plus la faim ni ses contraintes : je me suis libéré de l'entrave de la faim.

Mais si je satisfais ma faim avec un repas grandiose, je la comblerais et me libérerais ce cette faim. Mais à ne satisfaire ma faim qu'avec de grandioses repas, je risque de m'y habituer et de ne plus pouvoir satisfaire ma faim autrement que de cette manière. Pourtant un repas simple me libérera aussi de ma faim. Donc en satisfaisant ma faim par ce repas grandiose, je m'enferme dans cette manière de satisfaire mon désir de manger. En cela je ne me libère pas vraiment.

Je ne sais pas s'il convient de parler du pathologique, mais dans le cas de la prise de substances entrainant une dépendance, la satisfaction du désir (ici de se "procurer sa dose") entraîne une libération : je ne ressens plus le manque. Pourtant, par le processus de dépendance, plus je me libérerais, plus je m'emprisonnerais (j'habituerais mon corps à cette prise de substance).

Ou bien sommes nous des prisonniers potentiels du désir. Ici revient (encore) mon exemple

en relation

  • Satisfaire ses désirs: est ce le bonheur
    742 mots | 3 pages
  • Doit on satisfaire tous ses desirs
    429 mots | 2 pages
  • Faut il satisfaire tous ses désirs ?
    1625 mots | 7 pages
  • Est il sage de satisfaire tous ses désirs ?
    1163 mots | 5 pages
  • Doit on satisfaire tous ses desirs
    1116 mots | 5 pages
  • Doit-on satisfaire tous ses désirs
    3556 mots | 15 pages
  • La liberté, est-ce satisfaire tous ses désirs ?
    350 mots | 2 pages
  • Faut-il satisfaire tous ses désirs?
    972 mots | 4 pages
  • Satisfaire tous ces désirs, est-ce être heureux ?
    2750 mots | 11 pages
  • Dissertation doit on satisfaire tous ses désirs ?
    1060 mots | 5 pages