Schnaba

439 mots 2 pages
L’Intérdite Malika Mokkaddem 1) Dites en quoi cette Œuvre propose une technique de narration originale? 2) Quelles visions l’Algérie dégage du roman ?

Le roman de Malika Mokkaddem « L’Interdite » publié en 1993 nous apprend les expériences et découvertes que Sultana a traversé durant une partie de sa vie en Algérie. En tant que narratrice de cette histoire, elle nous fait découvrir un monde enfermé dans lequel elle ne mérite pas des mêmes droits que les femmes dans d’autre pays. Son bute et de posséder l’égalité d’être traité comme toute autre femme et personne, et de quitter le pays pour retrouvé la liberté. Il s’agit d’une œuvre autobiographique qui présente une technique et un style de narration originale qui dégage une vision réelle et virtuelle de l’Algérie, dans les années 1990-2000.
Malika Mokkaddem applique sa façon exceptionnelle d’écrire et de former ses phrases dans ce récit. Il existe une ample variété de phrases courtes et longues que Malika Mokkaddem employe. Ceci crée une tension et trouble en même temps l’existence fragmentée de la narratrice. Les sentiments, émotions et pensées, englobe une grande partie de l’abondance de la narratrice. On apprend aussi, que le roman est divisé en deux parties avec deux narrateurs différents. L’une qui est Sultana et l’autre Vincent, pour montrer le point de vue et le rôle de chaque personnage de manières différentes. Grace à la séparation des deux narrateurs on constate qu’il existe un certain destin qui mène plus tard, à la rencontre des deux personnages.
On remarque qu’au début du roman, la voix de la narratrice reste omnisciente car elle évoque d’autres personnages tels que Leila : « Á la naissance du premier garçon, Leila n’avait pas quatre ans, mais en gardera un souvenir indélébile… ». Cette œuvre nous fait surgir de nombreuses questions au sentiment d’enfermement et à la quête de la liberté de la narratrice et aussi a l’implication de l’auteur. Malika raconte sa vie à travers ces hommes

en relation