Science, croyance et vérité

Pages: 7 (1690 mots) Publié le: 7 juin 2012
Science, croyance et vérité

On a tendance spontanément à associer science et vérité et à opposer science et croyance. En effet, vu l’objet d’étude de la science, vu sa démarche, les applications techniques et technologiques qu’elle permet, la science semble pouvoir répondre aux trois critères les plus solides des quatre critères de la vérité.
* Est vrai ce qui emporte ma conviction(suffisante subjectivement, mais insuffisante objectivement) ; ex : La foi ; je crois fermement à l’existence de Dieu sans preuves matérielle ou insuffisante subjectivement et objectivement. J’adhère sans raison objective ni réel sentiments de conviction interne et qui s’exprime par ; « je crois que » ou encore suffisante objectivement et subjectivement ; c’est la « certitude ».
Le problème c’est queje peux être convaincu sans que ce à quoi je crois sois suffisant objectivement. La passion, l’intérêt peuvent être les seuls fondements de ma conviction et parfois (souvent) le sentiment de certitude est trop vite ressenti.

* Est vrai ce qui est évident (évidence : ce qu’on ne peut pas ne pas voir, ce qui s’impose à ma vue). Cette évidence est un des critères de la vérité. Evident soitpour les sens, soit pour l’esprit de manière immédiate ou secondaire. Mais ce n’est pas par ce que je ne peux pas douter de quelque chose que la chose est pour autant indubitable (dont on ne peut douter). Ainsi Descartes en arrive à l’évidence du « cogito ergo sum » (je pense donc je suis) en ayant remis en question d’autres évidences et cette évidence (cogito ergo sum) est remise en cause parNietzsche voyant dans le passage d’une activité psychique à un acteur de cette activité un « je » qui n’est selon lui qu’un type grammatical. Descartes serait la 1ère nouvelle victime (illusion) auquel il donne une substance et qui selon Nietzsche ne l’est pas. Présupposant à tout verbe, quand tout verbe s’accompagne d’un sujet et aussi prisonnier du désir de faire, de l’âme, de l’esprit ce qui faitl’Homme (le corps n’est qu’une machine qui obéit à des mécanismes ; par opposition au corps archive ; pur mécanisme) l’autorisant à soumettre le reste de la nature d’éluée de pensés.

* Est vrai ce qui est le résultat d’une démonstration cohérente, malgré quelques paralogismes et limites de cette vérité formelle, ce critère de la cohérence est assez solide.

* Est vrai ce qui correspond à laréalité, à la manière d’une copie par rapport à un modèle. C’est le critère utilisé lorsqu’on prouve (avec une preuve matérielle) et pas seulement démontre ou argumente.

Les deux critères les plus solides sont la cohérence et la correspondance. Critères auxquels la religion et la philosophie touchant au domaine métaphysique donc échappant à toute expérience sensible et donc ne s’appuyant passur l’observation et l’expérimentation, ne peuvent pas satisfaire même si le critère de la cohérence (interne/ du discours) s’appliquant à la démonstration peut donc aussi s’appliquer à l’argumentation. Donc, si on associe naturellement science et vérité on oppose tout aussi naturellement et logiquement croyance et science et on peut même penser que ce qui constitue la science c’est le fait derompre avec la croyance et cela à différents niveaux.
Premièrement, au niveau de l’objet d’étude lui-même la science s’occupe de la matière, du vivant, ou de la matière inanimée. [3 états de l’esprit humain (A.Conte)= le progrès passe par ces 3 étapes].
Si la religion prétend répondre à toutes les questions (pour quoi ? comment ? que m’est-il permis d’espérer ?) et concerne le champ dutranscendantal (le Bien/Le Vrai) et du métaphysique aussi bien que ce qui concerne la Phusis, la science ce que Conte appelle l’esprit positif, elle, se contentant de traiter la question du comment et d’en reste au plan de l’immanent (est immanent ce qui est intrinsèques aux choses). Ce que cherche la science se sont les lois effectives (et des effets étant systématiques) invariables des phénomènes et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Croyance et vérité
  • Verité et croyance
  • Science et croyance
  • Sciences et vérité
  • Science et verite
  • La vérité n'est-elle qu'une croyance?
  • Inception
  • La vérité s'oppose-t-elle à la croyance

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !