Second traité du gouvernement civil

2585 mots 11 pages
Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction
« La propriété privée, c’est le vol ! » : cette exclamation de Proudhon met en question toute prétention à posséder quelque chose, et à en priver autrui du même coup. Cette réaction répond à la difficulté souvent rencontrée lors d’un jugement au tribunal pour établir le véritable propriétaire d’un objet. Le fruit qui tombe de l’arbre de mon voisin dans mon propre jardin m’appartient-il, ou reste-t-il sa propriété exclusive ? C’est afin de répondre à ce genre de dilemme que Locke a écrit ce texte. Il veut montrer que la propriété ne peut relever de la nature, puisque dans celle-ci tout est à tout le monde, c’est-à-dire à personne en particulier, et qu’il est impossible de trancher entre le mien et le tien. Mais elle ne peut relever non plus d’un simple acte juridique, qui ne repose pas sur des faits réels, mais sur les résultats toujours imparfaits de longues discussions. N’est-ce pas le travail, uniquement, qui à la fois me permet de sortir de la nature et qui, également, établit une distinction nette entre moi et les autres ? La propriété privée peut-elle se manifester clairement en dehors de cet acte d’appropriation ?

1. Le problème de l’origine de la propriété privée
A. La difficulté d’établir le point de départ d’une possession véritable Locke débute son texte en procédant d’une façon qui peut surprendre, puisqu’il commence par une affirmation quant à ce qui constitue la propriété de quelque chose, pour poser tout de suite après la question de son commencement. C’est que, dans le premier cas, il ne met l’accent que sur le résultat. C’est une fois que nous nous sommes nourris de glands, ou une fois que nous avons cueilli les pommes d’un arbre, que nous pouvons considérer que nous nous les sommes appropriés. En effet, nous assistons ici à plusieurs interventions de l’homme dans la nature, qui sans celui-ci n’aurait subi aucune modification

en relation

  • Le second traité du gouvernement civil
    3222 mots | 13 pages
  • Locke, second traité du gouvernement civil
    623 mots | 3 pages
  • Étude de texte de john locke « second traité du gouvernement civil » (1690)
    790 mots | 4 pages
  • La vie selon les anciens philosophes
    582 mots | 3 pages
  • a moi
    2224 mots | 9 pages
  • traité john locke
    1713 mots | 7 pages
  • John locke
    1004 mots | 5 pages
  • Locke - second traité
    5358 mots | 22 pages
  • Distinction droit public et privé
    2010 mots | 9 pages
  • Seconde guerre mondiale : introduction
    493 mots | 2 pages