Seduction

274 mots 2 pages
Voici les différentes raisons qui me font penser que le Horla est une œuvre incontournable :
· Maupassant devient fou mais reste dune lucidité étonnante. (Attention à cette date Maupassant n'est pas vraiment encore fou il le deviendra dans les deux dernières années de sa vie)
· Du début à la fin on peut toujours croire que le Horla existe vraiment !
· Ainsi il y a beaucoup de suspense
· Nouvelle haletante
· L'ambiance du Horla est inquiétante (on a l'impression que le Horla pourrait nous hanter aussi)A la manière d'un film de Hitchcock on se met instinctivement dans la peau du personnage. En référence au cinéma on peut aussi penser à ALIEN où le héros est également gouverner par un être étrange qu'il ne voit jamais.
· Le Horla est rythmé et palpitant (accélération du rythme à partir du 2 août) .
· Le Horla est aussi angoissant car l'auteur essaye d'analyser et de raisonner afin d'expliquer ce qui lui arrive. Mais il n'y parvient pas et arrive à la conclusion que seule la mort peut le délivrer.

Et pourquoi pas vous ? :
Je vous conseille vivement ce livre (petit ou grand lecteur). Tout d'abord ce livre est susceptible d'intéresser tout le monde :
· Les plus petits en raison du fantastique et du récit imaginaire
· Mais aussi les plus grands en approfondissant plus encore la lecture (notamment sur la vie de Maupassant).
Ensuite l'écriture est agréable, fluide et le Horla est présenté sous forme de Journal intime de Maupassant ce qui donne un attrait supplémentaire car l'auteur nous conte sa folie ,il nous décrit son univers terrifiant (du à l'abus des drogues prétendant le soigner et aussi au progrès de la

en relation

  • Seduction
    5994 mots | 24 pages
  • seduction
    610 mots | 3 pages
  • Seduction
    6021 mots | 25 pages
  • la seduction
    5580 mots | 23 pages
  • Séduction
    424 mots | 2 pages
  • la seduction
    1931 mots | 8 pages
  • Seduction
    2275 mots | 10 pages
  • Séduction
    7314 mots | 30 pages
  • La seduction
    14582 mots | 59 pages
  • Seduction
    8501 mots | 35 pages