Silence

Pages: 11 (2668 mots) Publié le: 24 mai 2013
Le silence dans « Fureur et mystère » de René Char
« Feuillets d’hypnos »

* Plan :

* Introduction

I. Silence et parole
II. Silence et écriture 
* silence de l’écriture ou écriture du silence
III. Les stratégies du silence de l’écriture du Char 
* Les points de suspension
* Les blancs

* Conclusion

-Introduction :

Écrire le silence signifie-t-ilne rien écrire, ou écrire sur le néant ? Ne révéler aucune vérité ou au contraire « dire » l'indicible et nommer l'innommable ?
Toute parole est issue du silence et y retourne. Le silence peut être considéré comme une opération consciente ou inconsciente, se manifestant dans un texte et référant directement à l’énonciation. Concept problématique par excellence, ne possédant pas de supportconcret sur le plan linguistique, il sera pris ici dans le sens d’une non réalisation d’un acte d’énonciation qui pourrait ou devrait avoir lieu dans une situation donnée. Cette situation qui est « l’ensemble de conditions psychologiques, sociales et historiques qui déterminent l’émission d’un énoncé à un moment donné du temps et en un lieu donné » (J.Dubois et al 1973) oblige le sujet à faite acte deparole.
Deux raisons peuvent être à la base d’un éventuel silence : l’impuissance et le refus. L’incapacité du sujet de satisfaire à la nécessité créée par la situation provient, en général, soit de l’insuffisance du langage, soit de l’aphasie. Le refus se fonde sur une révolte qui se dirige soit contre le discours social dont le sujet récuse l’usage stéréotypé, soit contre l’interlocuteur dontil décline l’offre de communication. Le refus de communiquer, dans un texte qui appelle par ses moyens à l’instauration d’un échange, constitue une décision d’une extrême gravité. Cet acte de la non- parole ou du non-mot qui produit un manque dans l’énoncé et un vide textuel qui est évidemment signe au même titre que la parole : on sait bien que e silence « parle », que son « éloquence » joue unrôle capital dans la communication et qu’il peut être aussi « effrayant » que le cri.
Le silence est donc, dans sa signification fondamentale, un acte énonciatif in absentia, inscrit dans le discours par une causalité textuelle. Contrairement aux actes du dire et de l’écrire qui se concrétisent par la parole et le mot, l’acte de la non-parole ne produit pas un énoncé linguistique, mais un videtextuel, un blanc, un manque qui fait partie intégrante de la composition et qui signifie autant ou plus que la parole actualisée.
Entre-temps, pour la connaissance du silence, nous nous contenterons de ce que la philosophie en a dit dans l’ouvrage de Joseph Rassam (1980), qui a observé le phénomène dans une perspective métaphysique qui n’est pas la notre, et à travers les remarques occasionnelles,dispersées dans de très nombreuses études où il apparait comme un fait dont on signale seulement l’importance capitale.
Quant à l’emploi littéraire, les théoriciens voient surtout dans le silence une figure esthétique qui, par le recours à l’écriture elliptique et à l’imprécis dans la représentation, vise à appeler le destinataire à la participation.
En parlant du silence, il faut faire ladifférence entre plusieurs silences : d’une part le silence qui signifie ne pas pouvoir parler et d’autre part celui qui correspond à ne pas vouloir parler. Le silence peut alors être du à une insuffisance ou à une impuissance et il peut exprimer un refus. Si un écrivain refuse de dire, il s’agit à ses yeux d’une stratégie discursive. Si par contre, il n’arrive pas à dire quelque chose, c’est que cettechose est indicible.
*« Feuillets d’Hypnos » de René Char
« Feuillets d’Hypnos » de René Char, représentent des notes qu’il tenait pendant la guerre. Dédiés à Albert Camus, ces feuillets sont datés de 1943-1944. Ils sont au nombre de deux cent trente-sept, encadrés par deux texte non numérotés, imprimés en italique, l’un ayant valeur de préface (elle-même précédée d’une courte épigraphe),...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le silence
  • Silence
  • Le silence
  • Le silence
  • Le silence
  • le silence
  • Le silence
  • Le silence

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !