Situation des hôtels marocains

Pages: 10 (2406 mots) Publié le: 17 juillet 2010
Les hôteliers marocains se cherchent encore

|Ce 29 avril, tout ce que compte le tourisme comme hôteliers, investisseurs, voyagistes… est réuni |
|pour discuter de la rentabilité de l’hôtellerie au Maroc, ainsi que des nouveaux outils de |
|financement du secteur. A l’origine de cette conférence, le nouveau ministre du tourisme, Yassir |
|Zenagui. En effet, en cette période decrise financière, celui-ci souhaite ramener des fonds |
|d’investissement mondiaux dans les tours de tables des hôtels et des stations touristiques, afin de |
|les moderniser et leur donner la force nécessaire pour entamer l’aventure de l’internationalisation.|
|Les décideurs de Goldman Sachs, l’organisation mondiale du tourisme et d’autres banques européennes |
|spécialisées dans lesinvestissements touristiques, ont raflé la vedette. Mais pas seulement eux. A |
|leurs côtés, les grands fonds d’investissement touristiques tels que Marriott, Host hôtels Ltd, |
|Blackstone, Jones Lang LaSalle et Iberostar, représentés par leurs directeurs régionaux.  |
|Avec l’arrivée de ces mastodontes étrangers, les hôteliers marocains seront appelés à se projeter |
|dans lefutur et à relever d’autres challenges, auquel cas l’hôtellerie nationale est appelée à |
|disparaître. Or, aucun de ces derniers n’a pris la parole pour expliquer son expérience, son |
|investissement ou encore son modèle économique. C’est plutôt le groupe français Accor qui a été |
|décortiqué en tant que modèle pour le Maroc, chiffres à l’appui. Certains diront que cela n’arien |
|d’étonnant puisque le groupe est classé premier, en termes de capacité de lits et d’investissements |
|et a pu déployer un modèle de gestion rentable. Mais le Maroc n’a-t-il pas ses propres entreprises |
|touristiques ? Ne voulons-nous pas favoriser des champions nationaux dans tous les secteurs? Comment|
|se fait-il qu’après 10 ans de restructuration du secteur touristique, lespionniers de l’hôtellerie |
|au Maroc restent toujours à l’ombre? Si certains ont résisté aux multiples secousses du secteur et |
|ont pu développer leurs affaires, ils ne sont cependant pas arrivés à s’affirmer en tant |
|qu’investisseurs «modèle». Pourtant, l’histoire du tourisme montre que l’engouement financier pour |
|ce secteur est, avant tout, leur œuvre.|
|Un modèle qui a évolué dans le temps |
|La véritable histoire des premiers groupes hôteliers a commencé au début des années 80, à l’époque |
|où peu d’investisseurs croient au tourisme. Issus d’horizons très divers, des hommes d’affaires ont |
|forgé leur expérience dans le secteur, chacun àsa manière. Dans ces modèles, il y a de tout: |
|héritage familial mais également des «self made men». Mais, ce qui a surtout primé, malgré les |
|tristes fins de quelques enseignes jadis brillantes, c’est l’obstination de la réussite. Ces |
|périodes douloureuses dans l’histoire de l’hôtellerie marocaine ont permis de tirer des leçons pour |
|ceux qui ont suivi. Le secteura progressivement viré du modèle familial classique qui a montré ses |
|limites, vers des modèles plus modernes, réalistes et avec une vision long termiste. «Il n’y a pas |
|un modèle meilleur qu’un autre. Les modèles doivent s’adapter aux profils de leurs promoteurs et à |
|l’évolution du marché», explique Jalil Benabbés Taarji, administrateur directeur général du Groupe |
|Tikida.Malheureusement, cette transition est lente. De plus, certains hôteliers, ne voyant pas |
|venir les crises successives, en payent le prix. Trois grandes vagues d’hôteliers se succèdent ainsi|
|dans le secteur.  |
|Ils ont osé ! |...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La situation de la femme marocaine
  • La situation du bailleur en droit marocain
  • La situation du bailleur en droit marocain
  • Hotel
  • Hôtel
  • Hotel
  • Hotel
  • Hôtel

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !