sociologie de la famille

1535 mots 7 pages
QUESTION N° 1 : Expliquez (2-3 arguments) la proposition suivante : Plutôt que de parler de déclin du taux de natalité, il faut parler de l’émergence d’une parenté élective (enfants du désir) qui met fin à l’institutionnalisation de la contrainte reproductive imposée aux femmes, de sorte que la procréation relève désormais de l’action délibérée et maitrisée des parents.

DÉVELOPPEMENT DES ARGUMENTS

Argument n° 1 : La désinstitutionalisation de la famille

Depuis les années 1970, l’institution de la famille perd petit à petit son importance au sein de la société. Elle fait face à une émergence d’une parenté élective qui met fin à l’institutionnalisation de la contrainte reproductive imposée aux femmes, de sorte que la procréation relève désormais de l’action délibérée et maitrisée des parents. Par conséquent, ceci est dû principalement à la désinstitutionalisation de la famille.

Aujourd’hui, la reproduction n’est plus une «affaire collective». En d’autres mots, l’institution de la famille n’est plus uniquement axée sur un seul et unique but : La reproduction. Il n’est pas obligatoire et fondamental pour un couple d’avoir un enfant. En effet, la nouveauté est qu’il n’est plus requis à la famille d’avoir un enfant comme auparavant, ce qui était considéré comme un impératif social. Par conséquent, l’institution de la famille perd son importance et se dit être «déinstitutionnaliser». D’autre part, avant, la famille avait comme but de faire exister une communauté humaine : « La famille était l’institution médiatrice chargée indissolublement de produire les vivants et de les transformer en êtres-pour-la-société. C’est en ce sens qu’elle était socialisatrice. »1.

1 Gauchet, Marcel, L’enfant du désir, p.103
Bref, plutôt que de parler de déclin du taux de natalité, il faut parler de l’émergence d’une parenté élective qui met fin à l’institutionnalisation de la contrainte reproductive imposée aux femmes à cause de la désinstitutionalisation de la

en relation

  • Sociologie De La Famille
    967 mots | 4 pages
  • Sociologie de la famille
    11477 mots | 46 pages
  • Sociologie de la famille
    3908 mots | 16 pages
  • Sociologie de la famille
    12870 mots | 52 pages
  • sociologie de la famille
    5380 mots | 22 pages
  • Sociologie de la famille
    3892 mots | 16 pages
  • sociologie de la famille
    6648 mots | 27 pages
  • sociologie de la famille
    875 mots | 4 pages
  • Sociologie de la famille
    4921 mots | 20 pages
  • sociologie de la famille
    875 mots | 4 pages