Soutenance intermediare sur l'homosexualité dans le sport

552 mots 3 pages
SOUTENANCE MEMOIRE INTERMEDIAIRE :
En Octobre, en découvrant le principe du mémoire et devant rendre le thème rapidement, je me suis précipitée sur le thème de la femme dans le sport. Je voulais connaitre et approfondir l’image de celle-ci dans les médias et dans la carrière sportive.
Je me suis toujours intéressée aux différents tabous qui surgissent dans la société : racisme et les diverses discriminations. J’ai alors voulu étudier la femme musulmane dans le sport : les femmes ne peuvent pas participer aux compétitions sportives si l’arbitre est un homme et elles ne peuvent pas s’entrainer avec un coach masculin car le contact mixte n’est pas admissible pour la religion musulmane. Il se peut même que dans certains états assez extrémistes, la femme ne peut participer à une activité sportive pour peine d’être poursuivie en justice.
Mais je me suis vite aperçue qu’il n’y avait que peu de références bibliographiques, et mes connaissances personnelles sur ce sujet ne peuvent combler ce manque.
J’ai alors pensé à l’homosexualité dans le sport : étant moi-même homosexuelle et pratiquant un sport collectif, je côtoie facilement ce milieu.
De plus, on en parle de plus en plus aujourd’hui dans la société actuelle au mariage gay ; mais qu’en est-il dans le sport ?
C’est, grâce à ce questionnement, qu’il m’est paru intéressant de parler de ce tabou.
Le monde du sport est une microsociété bâtie sur le modèle de la société civile, on retrouve donc les mêmes comportements que dans le monde sportif. Ceci dit, les contraintes de la carrière sportive imposent un mode de vie particulier qui favorisent peut –être l’éclosion de pratiques sexuelles non conformistes et parfois homosexuelles.
Il est difficile d’entretenir une relation amoureuse régulière lorsque l’on recherche sans cesse la performance. Il n’est donc pas rare que les sportives trouvent douceur auprès d’une personne de même sexe.
En ce qui concerne le coming-out, le sujet reste tabou dans le sport. Beaucoup

en relation

  • Le transfert, de Freud à Lacan
    122548 mots | 491 pages