Stendhal vanina vanini

435 mots 2 pages
Vanina Vanini
Vanina est la fille du prince don Astrubale Vanini. Elle est très belle. On dit que c’est « une jeune fille que l’éclat de ses yeux et ses cheveux d’ébène proclamaient Romaine » (p. 19). Elle refuse les plus beaux mariages et se plait à tourmenter son plus ardent prétendant, le prince Livio Savelli.
Son tempérament romantique se trouve exalté par sa rencontre avec le carbonaro Pietro Missirili, qui s’est évadé de prison. Mais elle est exempte de toute sensiblerie. Devant la blessure du jeune homme, au début du récit, elle ne songe pas à le plaindre, juste à le soigner : « Missirili ne trouva nulle pitié dans ses yeux si beaux, mais seulement l’expression d’un caractère altier [...]. » (p. 25) Femme d’action, téméraire, fougueuse, elle n’hésite pas, pour garder son amant, à prendre des risques, à mentir, à se travestir et à comploter. Elle va même jusqu’à dénoncer le groupe de révolutionnaires dont il fait partie, tout en éprouvant après un grand remords. Impulsive et impatiente, elle regrette souvent ses paroles et peut passer d’une grande agitation à un profond abattement. Fière et secrète, elle a du mal à dévoiler ses sentiments, masqués souvent par son orgueil, et peut se montrer froide, même avec son amant.
Pietro Missirili
Pietro Missirili a dix-neuf ans au moment de l’histoire et est le fils d’un chirurgien de la région de Romagne. Il fait partie des carbonari, dont il deviendra même un des chefs.
L’auteur souligne, dès les premières pages, son « excès d’audace romanesque » (p. 20), ce qui le rapproche de Vanina. Aussi fougueux et passionné qu’elle, il partage immédiatement les sentiments de la jeune fille. Cependant, il oscille pendant toute l’histoire entre son amour pour elle et le service de la patrie. Son sens du devoir et de l’amitié lui font finalement rejoindre ses camarades : il ne veut pas passer pour le traitre qui les a dénoncé et souhaite continuer à servir la cause des carbonari. Courageux, il peut aussi se montrer violent et

en relation

  • Vanina vanini
    708 mots | 3 pages
  • Vanina vanini de stendhal
    1427 mots | 6 pages
  • L'engagement
    760 mots | 4 pages
  • blaise pascal les pens es
    561 mots | 3 pages
  • Eleve
    394 mots | 2 pages
  • Commentaire de l'etranger, chapitre v, ii° partie
    462 mots | 2 pages
  • Ftgdggtdhttztsdfghzefjegdhjegfgdxhjghjb
    300 mots | 2 pages
  • Nantas
    351 mots | 2 pages
  • A l’ère de la mondialisation peut on considérer les médias contemporains comme un véritable « quatrième pouvoir » ?
    3490 mots | 14 pages
  • Blaise Pascal_Pensées "Divertissement"
    343 mots | 2 pages