Stendhal

796 mots 4 pages
Recherche
Chercher une analyse de texte :
Top of Form 1
Bottom of Form 1
Rubriques
Aidez-moi !
Forum
Maths première
Biologie première
Les TPE
Avertissement
Liens
Oral du bac de français
Méthode
Révisions
Déroulement de l'oral
Matériel à apporter
Texte officiel
Ecrit du bac de français
Accueil
Commentaire
Dissertation
Ecriture d'invention
Questions sur le corpus
Annales
Pour aller plus loin
Biographies
Figures de style
Histoire littéraire
Mouvements littéraires
Vocabulaire première
Discours rapporté
La poésie
Le roman
L'apologue
Les registres
L'argumentation
La narration
Introduction

Dans Les Fleurs du Mal, nous avons deux visions opposées de la mort : un aspect morbide ("Une Charogne") et un aspect heureux ("La mort des amants"). Dans le poème La Mort des amants, Charles Baudelaire qui a connu l'infidélité en lui et hors de lui, la séparation et l'éloignement de la femme aimée dans le gouffre du temps imagine un monde idéal qui serait l'inverse du monde réel : la fidélité, la fusion, le luxe y règnerait. Comment Baudelaire passe d'une forme poétique traditionnelle, le sonnet, à des images plus modernes de la mort ? Et pourquoi peut-on dire que le poète se trouve entre antiquité et modernité ? Pour répondre à ces problématiques, nous verrons dans un premier temps la vision paradoxalement positive de la mort, puis dans un second temps, nous nous intéresserons à la forme et au thème traditionnels qu'a choisi Baudelaire pour son poème.

Lecture du poème

Télécharger La mort des amants - de Baudelaire en version mp3 (clic droit - "enregistrer sous...")
Lu par Thomas de Châtillon - source : litteratureaudio.com

CXXI - La Mort des Amants

Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères,
Des divans profonds comme des tombeaux,
Et d'étranges fleurs sur des étagères,
Ecloses pour nous sous des cieux plus beaux.
Usant à l'envi leurs chaleurs dernières,
Nos deux coeurs seront deux vastes flambeaux,
Qui réfléchiront leurs

en relation

  • Stendhal
    5252 mots | 22 pages
  • Stendhal
    10426 mots | 42 pages
  • STENDHAL
    550 mots | 3 pages
  • Stendhal
    261 mots | 2 pages
  • Stendhal
    419 mots | 2 pages
  • Stendhal
    389 mots | 2 pages
  • Stendhal
    999 mots | 4 pages
  • Stendhal
    4985 mots | 20 pages
  • Stendhal
    1284 mots | 6 pages
  • Stendhal
    395 mots | 2 pages