Stiglitz

Pages: 13 (3070 mots) Publié le: 23 avril 2013
La Grande Désillusion, Joseph Stiglitz, 2002

Présentation de l’auteur :

Joseph Eugène Stiglitz est né le 9 Février 1943 dans l’Indiana. Il est diplômé du Amherst College ainsi que du MIT (Massachussetts Institute Of Technology) où il obtient son doctorat en 1967 à l’âge de 24 ans. Commence alors sa carrière d’enseignant à l’Université de Yale (1969-1974), où il devient professeur titulaireà l’âge de 27 ans seulement, puis à Stanford (74-76 puis 1988), à Oxford (76-79), et enfin à Princeton (79-88).
En 1988, il est appelé à présider le Conseil des consultants économiques de l’administration Clinton. Fort de cette expérience, il devint ensuite vice-président et économiste en chef de la Banque Mondiale entre 1997 et 2000 puis obtient le Prix Nobel d’économie en 2001 pour sontravail sur l’économie de l’information en compagnie de George Akerlof et Michael Spence, ce qui correspond en quelque sorte à l’apogée de sa carrière. Il reprend ensuite ses fonctions de professeur en économie à l’Université de Columbia.
Joseph Stiglitz appartient au courant de pensée des « nouveaux keynésiens », ce qui l'a logiquement mené à dénoncer de manière virulente le Consensus de Washington età s'opposer, alors vice-président de la Banque Mondiale, à son homologue du Fonds Monétaire International, Stanley Fisher, au sujet de la politique à mener envers les pays asiatiques.
Il acquit une certaine notoriété populaire peu après son départ de la Banque Mondiale en critiquant vivement les institutions de Bretton Woods, notamment le FMI et la Banque Mondiale.

Présentation de l’ouvrage :La Grande Désillusion est une œuvre de Joseph Stiglitz publiée en 2002 sous le titre original de Globalization and Its Discontents. Le but de cet ouvrage pour le moins polémique est de démontrer pourquoi les politiques des institutions de Bretton Woods (Banque Mondiale, FMI, OMC) sont inefficaces, ou du moins critiquables. Loin d’adhérer et de fonder cet ouvrage sur une quelconque théorie ducomplot, il s’attache avant tout à expliquer, entre autres, que le mode de fonctionnement, et notamment de décision, de ces institutions ne permet pas la juste gestion de la mondialisation.
Ce livre a eu à faire face à des critiques virulentes de la part de certains économistes y dénonçant des contre-vérités, dont une réponse virulente du FMI par l’intermédiaire de son Conseiller économique etDirecteur de recherches, Kenneth Rogoff.
Malgré tout, cet ouvrage devint un best-seller mondial de par la renommée et la légitimité de son auteur à critiquer les institutions de Bretton Woods, lui-même ancien vice-président de la Banque Mondiale. 

Résumé de l’œuvre :

Tout au long de l’ouvrage, l’auteur s’emploie à essayer d’expliquer les dérives d’une mondialisation qui, sensée intégrer lespays et peuples du monde, a eu des effets plus néfastes pour certaines régions (Amérique Latine, Asie) que pour d’autres.
Le principe même de la mondialisation est critiquable, ce que s’emploie d’ailleurs Stiglitz à faire : « une gestion mondiale des échanges sans gouvernement mondial conduit à la domination d’une poignée de décideurs qui imposent leurs règles ».
Certes, de gouvernement mondialil n’y en a guère, pourtant des institutions internationales (FMI, Banque Mondiale, OMC) ont été créés en 1944 lors de la Conférence de Bretton-Woods afin d’imposer des règles à la mondialisation et ainsi aider les pays en développement à se hisser au niveau des pays développés et à tirer parti des échanges mondiaux. C’est justement ces institutions même que critique Stiglitz tout au long de sonargumentation.
L’auteur dénonce les politiques d’aide aux pays en développement des institutions de Bretton Woods qui selon lui font preuve d’hypocrisie en se positionnant comme les défenseurs des pays du tiers-monde en prétendant les aider financièrement à rivaliser avec les pays développés sur le champ de la mondialisation, mais qui ont selon lui bien souvent privilégié les intérêts des...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Stiglitz
  • Stiglitz
  • Rapport stiglitz
  • Rapport stiglitz
  • Rapport stiglitz
  • Resumé stiglitz
  • Rapport stiglitz
  • Joseph stiglitz

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !